Online Dating: Swipe Buster dénonce les infidèles cachés sur Tinder
Actualisé

Online DatingSwipe Buster dénonce les infidèles cachés sur Tinder

Une plateforme permet à ceux qui soupçonnent leur moitié de «swiper» sur Tinder de vérifier par eux-mêmes.

Selon son créateur, l'objectif de Swipe Buster est avant tout de dénoncer le laxisme de Tinder en matière de protection des données personnelles, disponibles publiquement, de tous ses utilisateurs.

Selon son créateur, l'objectif de Swipe Buster est avant tout de dénoncer le laxisme de Tinder en matière de protection des données personnelles, disponibles publiquement, de tous ses utilisateurs.

photo: Kein Anbieter

Que son succès soit décrié ou admiré, les faits sont là: l'application de rencontres Tinder (groupe Match) s'est fait une place de choix sur les smartphones des célibataires. Et visiblement, des autres aussi. Le site Swipe Buster propose de prendre «la main dans le sac» les utilisateurs qui se trouveraient sur Tinder alors qu'ils ne devraient pas y être.

Tinder a gagné en popularité en offrant aux utilisateurs, principalement des jeunes urbains, la possibilité de choisir un partenaire potentiel d'un simple coup de pouce.

Avec Swipe Buster, ceux qui soupçonnent leur couple de battre de l'aile à cause de l'application peuvent désormais en avoir le coeur net, moyennant 5 dollars (5 francs). Il suffit d'entrer le nom, l'âge et le lieu où se trouve la personne suspectée d'infidélité, souligne Vanity Fair.

Swipe Buster récupère ensuite les données, publiques, des utilisateurs, depuis l'interface de l'application Tinder. Celui ou celle qui espionne l'activité de son ou sa partenaire peut ainsi obtenir la date de sa dernière connexion, ses photos, et certains de ses critères de recherche.

Selon une étude citée par le magazine américain (et dénoncée par Tinder), pas moins de 42% des utilisateurs de l'application sont en couple (30% sont même mariés).

Interrogé par Vanity Fair le créateur de Swipe Buster, un spécialiste de logiciels marketing qui souhaite rester anonyme, affirme avoir lancé le site dans un but purement éducatif et non lucratif. Il s'agit pour lui de faire prendre conscience aux internautes de la quantité de données personnelles disponibles à leur sujet et contraindre Tinder à être plus transparent. «Les gens eux-mêmes n'ont pas conscience que ces données sont disponibles (...) Les entreprises ne font pas assez pour prévenir les utilisateurs du fait qu'ils les partagent» publiquement, conclut-il.

(NewsXpress)

Ton opinion