Actualisé 26.04.2016 à 11:27

GrèveSwiss annule tous ses vols pour Munich mercredi

Le syndicat allemand Verdi a annoncé des débrayages mercredi dans plusieurs aéroports allemands. La compagnie helvétique supprime pour ce jour la totalité de ses liaisons pour Munich au départ de Zurich et Genève.

de
afp/ofu
photo: Kein Anbieter

Les seize vols Swiss à destination de Munich (All) seront annulés mercredi. «Les liaisons Genève-Munich et Zurich-Munich ont été supprimées pour la journée du 27 avril», confirme mardi Meike Fuhlrott, porte-parole de la compagnie aérienne helvétique. Les autres vols à destination de Francfort, Düsseldorf et Hanovre sont maintenus, mais des retards et des suppressions ne sont pas exclus. Lufthansa, société mère de Swiss, va également annuler des centaines de vols mercredi, notamment à Francfort et Munich.

Cette décision intervient après l'annonce faite vendredi par Verdi. Le syndicat allemand des services avait en effet signalé des débrayages mercredi dans plusieurs aéroports allemands, dont Francfort (ouest) et Munich (sud), promettant des «retards importants et des annulations massives de vols». «Nous annonçons les grèves volontairement aussi tôt, afin que les passagers puissent s'organiser et changer leurs plans à temps», avait expliqué une représentante du syndicat. Ces grèves vont perturber le trafic de 87'000 passagers de Lufthansa.

Débrayages ponctuels de quelques heures

Dans le détail, les aéroports de Francfort, Munich, Düsseldorf, Dortmund (ouest), Hanovre (nord) et celui commun à Cologne et Bonn (ouest) sont concernés par ce mouvement de grève, tous pour la majeure partie de mercredi au moins.

Les personnels au sol, d'enregistrement, les mécaniciens, les contrôleurs aériens et les pompiers affectés aux aéroports sont appelés à faire grève, pour réclamer des augmentations de salaire dans la fonction publique, dont ils dépendent. Les grèves d'avertissement consistent en des débrayages ponctuels de quelques heures. Elles sont souvent une première étape avant des journées complètes de grève dans le but de faire pression graduellement dans un conflit salarial.

Les exportations comme principal moteur de croissance

Verdi réclame une augmentation de 6% des salaires pour plus de deux millions de salariés du public en Allemagne, et qualifie d'«affront» les négociations salariales actuelles: une augmentation de 0,6% en 2016, puis 1,2% en 2017 est pour l'instant sur la table.

L'Allemagne, qui a fait de la modération salariale une pierre angulaire de son marché du travail pendant plus de dix ans, commence à connaître des hausses plus prononcées ces dernières années. De quoi soutenir la consommation de la première économie européenne, qui a désormais pris le relais des exportations comme principal moteur de croissance.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!