Swiss demande à des salariés de renoncer à des congés 
Publié

Vaccination et temps partiel Swiss demande à des salariés de renoncer à des congés

Confrontée à un manque de personnel le week-end, en partie en raison des absences pour maladie, la compagnie aérienne demande à certains employés de travailler les jours de congé.

Swiss doit jongler avec des emplois du temps bouleversés par la pandémie. 

Swiss doit jongler avec des emplois du temps bouleversés par la pandémie.

20min/Michael Scherrer

Grâce aux départs en vacances d'été, l'offre de Swiss atteint actuellement 55% de son niveau d'avant la pandémie. La demande pour partir à l'étranger se fait surtout sentir les week-ends, ce qui engendre actuellement une pénurie de personnel. Certains employés de la compagnie ont ainsi reçu la demande de renoncer à des jours de congé, comme le révèle le «Tages-Anzeiger». Si quelques vols ont décollé avec moins d'hôtesses ou de stewards que prévu, aucun n'a encore dû être annulé pour cause de manque de personnel.

Selon Swiss, la situation actuelle n'a rien à voir avec le licenciement collectif de 550 personnes en juin, dont 334 membres du personnel de cabine. En revanche, la disponibilité de ses employés est affectée par les rendez-vous de vaccination contre le Covid, car chaque salarié bénéficie de deux jours de congé pour recevoir ses doses. Mais Swiss a également enregistré une augmentation de 50% des jours de maladie non planifiés à court terme par rapport au mois de juin, selon le quotidien zurichois.

Double emploi?

Plusieurs raisons possibles sont avancées par le «Tages-Anzeiger». Des changements dans les horaires à court terme ont pu avoir lieu, notamment en raison des vols supplémentaires, ajoutés par exemple pour les matches de l'Euro. Mais certains employés ont également pu chercher un deuxième travail pour compléter le manque à gagner dû à la pandémie, ce qui peut créer des conflits d'horaires entre ces deux emplois.

Les absences de courte durée pendant les vacances d'été ne sont pas entièrement nouvelles, selon Swiss. Mais cette année, elles sont plus nombreuses qu'habituellement, probablement parce que la pandémie a rendu les employés plus prudents et qu'ils sont plus prompts à se faire porter pâle lorsqu'ils présentent des symptômes.

«La passion du travail»

Le syndicat du personnel de cabine Kapers affirme ne rien savoir du nombre supérieur à la moyenne de cas de maladie. «Nous savions simplement que des vols ont décollé le week-end avec un équipage réduit», a déclaré une porte-parole à «20 Minuten». L'organisation confirme que de nombreux membres d'équipage ont actuellement un emploi complémentaire, vu que c'est toujours autorisé. C'est un secteur particulier, explique-t-elle: «les gens travaillent par passion, même si les salaires sont bas.» Beaucoup de ceux qui ont perdu leur emploi chez Swiss veulent ainsi y retourner, dès que la compagnie recommencera à embaucher, indique le syndicat.

Réduction de voilure

Comme Swiss s'attend à une baisse durable de la demande, le patron Dieter Vranckx a restructuré la compagnie aérienne. La flotte d'avions doit être réduite de 15% et les économies doivent se monter à 500 millions de francs par an. Sur ce montant, 200 millions doivent être économisés par des mesures de personnel. D'ici à la fin de l'année 2021, l'entreprise souhaite avoir supprimé au total environ 1700 postes à temps plein, soit plus de 20% du total, dont deux tiers par le biais de mesures volontaires et de fluctuations naturelles.

(bsc/reg)

Ton opinion

52 commentaires