Transport aérien: Swiss embarque des hôtesses de l'air exotiques
Actualisé

Transport aérienSwiss embarque des hôtesses de l'air exotiques

La compagnie aérienne compte engager du personnel de cabine indien et thaïlandais pour limiter les coûts de main-d'œuvre et éviter des licenciements.

par
laf

Cette semaine, le management de la compagnie aérienne Swiss a envoyé un mail au personnel de cabine pour présenter sa stratégie intitulée «FOR on beyond». L'objectif est d'engager plus de «Foreign Flight Attendants (FOR), des accompagnants de vol étrangers», en profitant qu'ils travaillent pour un salaire nettement inférieur que leurs collègues suisses.

A partir du 1er septembre, sur les vols de Zurich à destination de Johannesbourg et retour, les 8 membres de cabine suisse seront complétés par un membre d'équipage avec un point de chute à Delhi et à Bangkok. L'équipage de cabine suisse perd ainsi deux places. «Nous pouvons ainsi tenir notre budget sans avoir à envisager d'autres mesures», peut-on notamment lire dans le courriel. Pour éviter les licenciements, quatre agents de bord indien ont déjà été engagés en mai dernier sur la rotation Delhi-Zurich-Delhi. Ces dernières années, Swiss a progressivement mis en place des bases à l'étranger pour l'équipage, à Tokyo, Bangkok, Mumbai, Delhi, Shanghai et Pékin, afin de recruter des travailleurs sur place.

«En interne, cela nous a toujours été justifié par la demande de clients désirant profiter de la langue et de la culture des travailleurs étrangers, commente à Der Sonntag George Zimmermann, directeur du syndicat du personnel de cabine. Mais désormais, il est évident que c'est pour des raisons économiques».

Environ 5% de contrats étrangers

Avec ce concept «FOR on beyond», du personnel de bord indien ou thaïlandais pourrait par exemple compléter l'équipage, non seulement sur les vols vers l'Inde ou la Thaïlande, mais aussi vers des destinations comme Johannesbourg où leur background culturel ne serait pas utile. Le personnel de cabine suisse craint ainsi le déploiement de cette stratégie. «Rien n'est décidé», affirme un porte-parole de Swiss qui rappelle que sur les 3500 agents de bord, seuls 150 ont un contrat de travail étranger.

Cependant, Christoph Franz, le patron de Lufthansa qui détient Swiss, avait déjà annoncé la couleur en mars dernier, en évoquant l'engagement de personnel étranger pour réduire les coûts.

Ton opinion