Swiss licenciera ses employés non vaccinés dès janvier
Publié

Aviation Swiss licenciera ses employés non vaccinés dès janvier

La compagnie souhaite que tout son personnel volant ait reçu ses deux doses contre le Covid. Les employés indécis peuvent bénéficier d'une période de réflexion de six mois.

Swiss est la première entreprise helvétique à introduire la vaccination obligatoire pour ses employés navigants. Afin de pouvoir continuer à être déployé pour le service de vol à partir de décembre, le personnel devra être entièrement vacciné d'ici au 1er décembre 2021. Ce qui veut dire que la deuxième dose devra avoir été administrée au plus tard le 15 novembre, en tenant compte du délai nécessaire de deux semaines pour être considéré comme pleinement protégé.

Délai pour les indécis

À la fin du mois de janvier 2022, les employés qui ne veulent pas se faire vacciner sont menacés de licenciement. Toutefois, la compagnie aérienne accorde un délai de réflexion à ceux qui sont indécis. «Pour les employés qui ont besoin de plus de temps pour se décider sur la vaccination, il existe la possibilité de suspendre leur emploi pendant environ six mois. Les employés qui ont été entièrement vaccinés auront le droit de revenir dans ce délai», a expliqué un porte-parole à «20 Minuten».

Menace de licenciement

«En cas de non-respect de l'obligation de vaccination requise, nous nous voyons contraints d'engager des mesures en raison de la violation de l'obligation conformément à la convention collective de travail (ndlr: CCT)», précise l'entreprise. «Notre procédure par étapes se terminera probablement par l'émission d'un avis de résiliation à la fin du mois de janvier 2022 en cas de décision persistante contre la vaccination.» Pour les membres d'équipage qui ne peuvent manifestement pas être vaccinés pour des raisons médicales, des solutions individuelles seront recherchées, précise le porte-parole. Swiss a consulté les partenaires sociaux Aeropers et Kapers au cours des dernières semaines.

Réactions du personnel

Un pilote, qui souhaite rester anonyme, se félicite de cette décision: «Dans le cockpit, nous ne portons pas de masque et sommes assis à 50 centimètres les uns des autres. Toute personne qui ne se fait pas vacciner est irresponsable», a-t-il déclaré à «20 Minuten». Kapers regretterait vivement de «perdre des collègues», a déclaré Sandrine Nikolic-Fuss, présidente du syndicat du personnel de cabine, à nos confrères alémaniques. La réaction des personnes concernées n'est pas encore connue. Jusqu'à présent, «il n'a jamais été question de licenciements, cela n'a été communiqué au personnel que lundi», précise-t-elle. Cependant, il n'y a rien à faire contre la décision de Swiss. «Les vaccins sont ancrés dans la CCT.»

Zone grise

Roger Rudolph, expert en droit du travail et professeur à l'Université de Zurich, décrit la situation juridique concernant la vaccination obligatoire sur le lieu de travail comme une zone grise. «Il n'y a pas de réglementation juridique claire ni pratiquement pas de jurisprudence éclairante à ce sujet», a-t-il déclaré.

(fpo/dob/reg)

Ton opinion

75 commentaires