Swiss n'est pas à l'abri des crises

Actualisé

Swiss n'est pas à l'abri des crises

La compagnie se place actuellement dans le groupe de tête des compagnies européennes, mais ce n'est pas suffisant, estime son patron Christoph Franz.

L'environnement économique est bon et la demande forte, mais les meilleures compagnies aériennes ne dégagent que des marges bénéficiaires de 6 %, explique M. Franz. Cette situation montre clairement que la branche est encore malade structurellement.

Swiss, filiale de Lufthansa, doit obtenir des marges assez élevées pour gagner suffisamment au fil des cycles conjoncturels et pouvoir absorber les chocs. «Pour être à l'abri des crises, nous devons croître et augmenter les marges dans un environnement positif», relève M. Franz. Raison pour laquelle Swiss se développe et tente de regagner le terrain perdu.

L'objectif pour 2007 est d'améliorer les marges et d'augmenter le chiffre d'affaires. Il est ambitieux, mais Swiss devrait y arriver, selon M. Franz. (ats)

Ton opinion