Actualisé 05.05.2006 à 09:36

Swiss ne reconnaît plus Swiss Pilots comme partenaire social

La découverte de manipulations dans le cadre du vote sur le nouvelle CCT de la compagnie aérienne régionale Swiss European a entraîné une perte de confiance. Un nouveau scrutin est écarté.

La vérification du résultat du vote des membres de Swiss Pilots (SPA), le syndicat des pilotes du réseau régional de Swiss, a démontré que la convention collective de travail (CCT) présentée aux employés n'avait en réalité pas été entérinée démocratiquement par une majorité suffisante, écrit vendredi Swiss. La compagnie aérienne en mains de Lufthansa estime que le contrat a été rejeté.

«Nous disposons de preuves suffisantes, comme par exemple les propos qu'a tenus dans les médias Christroph Frick, le président de Swiss Pilots», a précisé à l'ATS Jean-Claude Donzel, porte-parole de Swiss. Son transporteur régional a donc décidé d'appliquer avec effet rétroactif au 1er avril les contrats de travail individuels déjà signés.

Swiss juge qu'il ne sera donc pas nécessaire de procéder à un nouveau scrutin comme le prévoyait Swiss Pilots. Considérant la gravité de l'incident et la perte de confiance qu'elle entraîne, la compagnie aérienne ne peut plus reconnaître la légitimité de SPA en qualité de partenaire social.

Pilote licencié

Swiss Pilots a annoncé mercredi la découverte d'une manipulation lors du scrutin sur la nouvelle CCT mené en mars dernier. Les irrégularités sont le fait d'un des deux vice-présidents ainsi que du responsable du syndicat (l'»office manager»).

Les fautifs, qui ont reconnu les faits et se sont dénoncés au ministère public de Winterthour (ZH), ont été congédiés. Le membre du comité a démissionné de ses fonctions dirigeantes, alors que l'autre responsable a été licencié avec effet immédiat.

Le vice-président du syndicat incriminé, pilote chez Swiss European, a été licencié sans préavis, après avoir été suspendu mercredi. Le second responsable n'est pas un salarié du transporteur aérien.

Swiss a par ailleurs mis en doute les propos de M. Frick selon lesquels les autres membres du comité ignoraient la manipulation. Swiss European se réserve ainsi «le droit d'entreprendre des démarches d'ordre juridique à l'encontre des membres responsables du comité de direction de Swiss Pilots et de tout autre intervenant».

SPA se défend

Nous allons étudier du point de vue juridique si l'ensemble du comité de Swiss Pilots ou seulement certains de ses membres sont responsables du scandale, a dit M. Donzel. «Pour l'heure, je ne suis pas en mesure d'indiquer si des démarches juridiques seront entreprises».

Des reproches que M. Frick a jugé irrecevables. «Swiss porte de graves accusations à l'encontre du comité et de ma personne. Nous entendons nous défendre», a déclaré le président de Swiss Pilots.

Désormais, les pilotes régionaux de Swiss ne disposent plus de représentants syndicaux reconnus. «Le modeste partenariat social bâti avec Swiss est désormais complètement anéanti», a ajouté M. Frick. Les auteurs de la manipulation en portent une grande part de responsabilité, mais Swiss European, du fait de sa position stricte, en est aussi responsable.

«Swiss considère le partenariat social important, mais le partenaire doit être digne de confiance. Et ce n'est plus le cas en ce moment», a noté M. Donzel.

Long travail anéanti

D'une durée de trois ans, la CCT votée en mars était le résultat de longues négociations sur fonds de recours et de menace de grève. Les deux partenaires avaient néanmoins fini par s'entendre, entamant ainsi des négociations en vue d'un nouveau contrat collectif.

Le 17 mai, les membres du syndicat, réunis pour une assemblée générale extaordinaire, devront renouveler leur confiance envers le comité. En cas de vote négatif, ce dernier démissionnera et il faudra alors élire une nouvelle équipe. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!