Actualisé

ZurichSwiss Re a vu son bénéfice net chuter en 2014

Le réassureur zurichois a vu sa rentabilité chuter au terme de l'exercice 2014.

Dans un environnement jugé toujours plus difficile, Swiss Re a vu sa rentabilité chuter au terme de l'exercice 2014, malgré des volumes de primes en hausse.

Le réassureur zurichois a dégagé un bénéfice net de 3,5 milliards de dollars (3,3 milliards de francs), contre 4,4 milliards un an plus tôt, après la restructuration de ses affaires vie américaines.

«L'exercice 2014 a été un nouveau succès», a jugé jeudi Michel Liès, directeur général de Swiss Re, devant la presse à Zurich. Il souligne la performance stable de la souscription en dépit des tarifs sous pression. Les revenus globaux de primes se sont hissés de 8,4% sur un an à 31,3 milliards de dollars.

Globalement, le ratio combiné - indicateur de l'évolution des primes par rapport aux coûts des sinistres et autres charges - s'est amélioré de 85,7% à 85,4% d'un exercice à l'autre. Le réassureur a profité d'un niveau de catastrophes naturelles exceptionnellement faible.

Deux mesures lourdes

Mais dans les affaires Vie et Santé (Life&Health Reinsurance), la réévaluation de contrats problématiques antérieurs à 2004 aux Etats-Unis a grevé l'exercice. Le groupe a aussi revu la structure de financement d«actifs d'une transaction de longévité (risques liés à l'allongement de l'espérance de vie). Deux mesures destinées à restaurer la rentabilité du portefeuille, selon M. Liès.

Résultat, le bénéfice net a plongé au dernier trimestre à 245 millions de dollars, contre 1,2 milliard à la même période en 2013. Le réassureur n'en prévoit pas moins de relever de 10% le dividende à 4,25 francs, plus un versement spécial de 3 francs. Soit au total 7,25 francs au titre de 2014, après 8 francs l'an passé.

A la Bourse suisse, le titre du numéro deux mondial de la branche évoluait légèrement dans le vert à la mi-journée, tout comme l'indice SMI des valeurs vedettes, après des résultats mitigés. L'annonce d'un programme de rachats d'actions à hauteur de 1 milliard de francs a toutefois créé la surprise.

Revirement attendu

Dans le détail, l'assurance dommages (Property & Casualty Reinsurance), principale source de revenus, a dégagé un profit net en hausse de 10,4% sur un an à 3,6 milliards de dollars, grâce aussi à la dissolution de réserves. Les volumes de primes ont grimpé de 7,3% à 15,6 milliards, portés par le marché asiatique et américain.

A 83,7%, le ratio combiné de la division est «exceptionnellement bas», selon le chef des finances David Cole. Le rendement des fonds propres de 26,7% est, lui, «exceptionnellement haut». «Ces valeurs ne sont pas soutenables et il y aura un revirement», prévient-il. Tablant sur davantage de sinistres, le ratio combiné est attendu à 97% en 2015.

Contrats révisés

Pour Life&Health Reinsurance (L&R Re), la révision de contrats aux performances décevantes a pesé à hauteur de 623 millions de dollars. Le segment boucle l'exercice sur une perte nette de 462 millions, contre un bénéfice de 420 millions en 2013. Néanmoins, son volume des primes s'est étoffé de 12,4% à 11,3 milliards sur l'année. Les affaires en Asie, au Royaume-Uni et à la hausse des tarifs outre-Atlantique y ont contribué.

Admin Re a été impacté par la vente de sa filiale américaine Aurora en octobre. Son résultat net a dégringolé à 34 millions de dollars, après 423 millions en 2013. Avec la sortie du marché américain, les revenus de primes de l'unité spécialisée dans l'acquisition de portefeuilles fermés se sont contractés à 955 millions, après 1,3 milliard l'année précédente.

Dans les affaires avec les entreprises, Corporate Solutions, le bénéfice net a gagné 14,3% à 319 millions de dollars. Ici, les revenus engrangés ont bondi de 17,9% à 3,4 milliards. La division a opéré des acquisitions en Colombie et, plus récemment, en Chine.

Pas d'impact du franc

Michel Liès s'attend à un environnement de marché difficile pour la branche, mais s'estime en bonne voie pour atteindre les objectifs 2011-2015. L'an passé, le rendement de fonds propres du groupe s'est inscrit à 10,5%, bien au-delà des 8,6% visés. Pour L&R Re, la direction ambitionne toujours 10-12% cette année.

Pour Swiss Re, l'abolition du taux plancher par la Banque nationale suisse a un impact minime, a assuré M. Cole. En effet, le réassureur, très diversifié et axé sur l'international, libelle ses primes et ses engagements dans la même monnaie.

A compter de 2016, la direction annonce deux nouveaux objectifs. Elle table sur un rendement des fonds propres supérieur de 700 points de base au rendement des bons du trésor américain à 10 ans, au lieu de 5 ans. En sus, elle escompte accroître la valeur économique nette par action de 10% par an sur le long terme. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!