Réassurance: Swiss Re accroît son bénéfice d'un cinquième
Actualisé

RéassuranceSwiss Re accroît son bénéfice d'un cinquième

Le réassureur zurichois fait mieux que prévu, au 1er trimestre.

Le réassureur zurichois a connu un bon premier trimestre.

Le réassureur zurichois a connu un bon premier trimestre.

Swiss Re a vu son bénéfice net croître de 21% au 1er trimestre à 1,4 milliard de dollars (1,3 milliard de francs). Le réassureur zurichois a vu son volume de primes progresser de 9% sur un an à 6,8 milliards de dollars. Ces résultats dépassent les prévisions.

Le ratio combiné du groupe, soit les prestations versées et les frais généraux rapportés aux primes collectées, s'est amélioré à 72,4%, a indiqué Swiss Re jeudi. Il se situait encore à 84,9% au 1er trimestre de l'année passée.

La performance s'explique principalement par le résultat du segment Property & Casualty Reinsurance, qui regroupe les affaires de l'assurance dommages. Son bénéfice a bondi de 53% par rapport aux trois premiers mois de 2012 pour s'inscrire à 1 milliard de dollars.

Le groupe a adopté la bonne structure pour réaliser ses objectifs financiers 2011-2015, selon le patron du groupe Michel Liès cité dans le communiqué. Les renouvellements de contrats d'avril prouvent la capacité de Swiss Re à obtenir des performances et à croître malgré les vents contraires, ajoute-t-il. (ats)

150 ans

En 150 ans, le réassureur zurichois Swiss Re a appris à gagner de l'argent en assurant les risques. Le groupe a survécu à des guerres, à des catastrophes et à de mauvaises spéculations et a contribué au développement de l'industrie de la réassurance.

Aujourd'hui, Swiss Re représente la deuxième plus grande entreprise du secteur, après l'allemand Munich Re. Il arrive toutefois que les petits actionnaires déplorent la perte du caractère suisse de la société.

En effet, le groupe effectue la plus grosse part de son activité à l'étranger, présente ses chiffres en dollars et fait travailler ses collaborateurs dans de spectaculaires bâtiments, comme la tour «Gherkin» (le cornichon) de Londres, construite par l'architecte Norman Foster.

Toutefois, la compagnie a depuis toujours été portée sur l'international. Peu après sa fondation en 1863, un Italien, Giuseppe Basso, avait été choisi comme patron.

Depuis le début, Swiss Re a en outre assuré les risques liés à des livraisons de marchandises ou à des sites de production à l'étranger. La destinée de l'entreprise, basée à Zurich, est toutefois étroitement liée à l'histoire économique de la Suisse.

Ton opinion