Réassurance: Swiss Re renoue avec les chiffres noirs
Actualisé

RéassuranceSwiss Re renoue avec les chiffres noirs

Swiss Re a retrouvé les chiffres noirs en 2009, après avoir durement souffert de son exposition aux risques financiers en 2008.

Le no 2 mondial de la réassurance a réalisé un bénéfice net de 506 millions de francs, contre une perte de 864 millions un an auparavant.

«L'an dernier, lorsque j'ai été introduit à ce poste, le monde était en pleine tempête économique. Mon premier job a été de remettre Swiss Re sur les rails», a déclaré Stefan Lippe, patron de Swiss Re, jeudi devant la presse à Zurich. «Nous sommes fiers de ce que nous avons accompli», a-t-il affirmé.

«Nous avons expliqué à nos actionnaires ce qu'il se passait», a ajouté Stefan Lippe en présentant les mesures prises par le groupe en un an pour revenir à flot. Le patron de Swiss Re a relevé qu'en dépit de la crise et des pertes subies en 2008, les clients «se sont montrés loyaux et confiants».

«La force de capital de Swiss Re est aujourd'hui totalement restaurée», s'est félicité Stefan Lippe. Sur le seul 4e trimestre, le réassureur zurichois a dégagé un bénéfice net de 403 millions de francs, contre une perte de 1,7 milliard un an plus tôt.

Séquelles de la crise

En 2009, le numéro deux mondial du secteur, derrière l'allemand Munich Re, a encore subi l'impact de sa politique de placement hasardeuse. Il a ainsi inscrit des correctifs de valeur pour un montant de quelque 3,9 milliards de francs.

Sans ces effets, le groupe aurait présenté un bénéfice net équivalent à celui de 2007, soit 4,16 milliards de francs. Le réassureur espère pouvoir fermer sa division «Legacy», qui gère les actifs à risque de la société, d'ici la fin 2010, a indiqué le chef des finances George Quinn.

Swiss Re y a dégagé un résultat opérationnel de 139 millions de francs, contre une perte de 5,89 milliards de francs en 2008. La réduction de l'exposition au risque a été meilleure qu'attendu, a commenté George Quinn.

Emprunt auprès de Buffett

Swiss Re a de plus fait part de gains non réalisés sur des emprunts assurés pour une somme de 2,6 milliards de francs, inscrits dans les fonds propres. Ces derniers sont passés en un an de 20,5 à 26,2 milliards de francs. Ce sont 9 milliards de plus que le seuil nécessaire pour obtenir la note AA de S&P, a souligné Stefan Lippe.

Dans cette hausse de fonds propres de 5,7 milliards enregistrée en un an, il faut compter les 3 milliards d'emprunt convertible contracté auprès du milliardaire américain Warren Buffett. La notation de S&P est cruciale dans le domaine de la réassurance, afin de conserver la confiance des clients.

Suite au renforcement des fonds propres, Swiss Re versera un dividende d'un franc, contre seulement 10 centimes il y a un an. Le groupe compte bien l'accroître par la suite, sans donner pour autant un montant idéal. «Je crois qu'il faut tuer l'ours, avant de lui enlever la peau», a affirmé Stefan Lippe sur cette question.

Primes en légère baisse

Les primes encaissées se sont montées à 24,61 milliards de francs l'an dernier, contre 25,5 milliards en 2008, soit une faible baisse. La performance opérationnelle des affaires mobilières (Property & Casualty) a grimpé de 39% à 3,82 milliards.

En raison du nombre moins élevé de catastrophes naturelles, le ratio combiné est passé de 97,9% à 88,3%.

Dans le secteur vie et assurance maladie (Life & Health), le résultat opérationnel a progressé de 7% à 746 millions de francs. L'allongement de l'espérance de vie, mais également des facteurs exceptionnels expliquent l'évolution.

Swiss Re est par ailleurs parvenu en optimisant ses coûts à économiser 205 millions de francs. Le groupe estime pouvoir atteindre une réduction totale de 400 millions à fin 2010.

Titre en hausse

Les investisseurs ont bien accueilli les résultats pourtant mitigés aux yeux des analystes du réassureur. A la Bourse suisse, le titre gagnait près de 3% vers 15h00, à 48,11 francs, dans un marché (SMI) en hausse de 0,6%, non sans avoir pris jusqu'à 4,5% en fin de matinée.

(ats)

Ton opinion