Actualisé 06.08.2014 à 09:05

PubliGroupeSwisscom en bonne voie avec son OPA

L'offre publique d'achat (OPA) de Swisscom sur PubliGroupe est en bonne voie.

A l'échéance du 5 août, le géant bleu s'est vu proposer 71,53% des actions du groupe vaudois, ce qui lui permet d'en contrôler pour l'heure 90,59%.

Swisscom devrait signaler le 11 août prochain l'aboutissement de l'OPA en publiant le résultat intermédiaire définitif, a indiqué mercredi l'opérateur historique de télécommunications. Si l'offre aboutissait, l'échéance supplémentaire de dix jours boursiers pour l'accepter courrait du 12 au 25 août.

Le groupe de médias zurichois Tamedia a lui aussi présenté une offre sur l'entreprise lausannoise, ancienne propriétaire de la régie publicitaire Publicitas. Celle-ci, affichant un prix inférieur (190 francs contre 214 francs pour celle de Swisscom) a recueilli un écho confidentiel. Lundi soir, seules 0,5% des actions de PubliGroupe avaient été apportées, selon un communiqué séparé de Tamedia.

Entente avec Tamedia

Ce scénario ne constitue pas une surprise. Le 17 juin, Swisscom avait annoncé qu'il allait relever, d'entente avec l'entreprise vaudoise, le montant de son offre à 214 francs par action (contre 200 francs initialement), soit 475 millions de francs au total. Du coup, le conseil d'administration de PubliGroupe avait recommandé aux actionnaires d'accepter l'offre du géant bleu.

Les grands actionnaires (25,28%) restants avaient également approuvé le prix relevé par l'opérateur. Ils ont pour noms l'hoirie Alfred Borter, la Fondation Jean-Robert Gerstenhauer et la Fondation Consuela. Ces trois entités détiennent respectivement 11,37%, 12,87% et 1,04% du capital.

L'offre de Swisscom était soumise à la condition que l'opérateur se voie proposer au moins deux tiers des actions du groupe lausannois en transformation. La période d'offre a débuté le 8 juillet et s'est terminée mardi à 16h00.

Le 17 juin toujours, le conseil d'administration de PubliGroupe avait recommandé de rejeter l'OPA jugée insuffisante de Tamedia. Toutefois, le premier groupe privé de médias en Suisse avait indiqué maintenir son offre, ayant convenu de proposer au numéro un helvétique des télécoms les actions PubliGroupe en sa possession.

Lutte commune contre Google

Le véritable enjeu des OPA respectives de Tamedia et de Swisscom, lancées à une semaine d'intervalle au mois d'avril, était la plate-forme local.ch, détenue à parts égales par PubliGroupe et le géant bleu. Cette dernière est perçue comme une arme efficace afin de continuer à résister à l'ogre américain Google.

Après avoir croisé le fer durant des semaines, le groupe de médias et l'opérateur ont trouvé un accord fin mai prévoyant la fusion de local.ch et search.ch (une entité appartenant à hauteur de 75% à Tamedia et 25% à La Poste) dans une filiale commune. Le premier détiendra 69% de la nouvelle entité et le second 31%. Ce nouveau plan d'action sera concrétisé une fois le rachat de PubliGroupe par Swisscom sous toit.

Le géant bleu et Tamedia ambitionnent, en développant les services d'annuaire, d'offrir une «alternative suisse» à Google. Les marques local.ch et search.ch seront maintenues en tant qu'offres autonomes sur le marché. La coopération ainsi instaurée en fera la plate-forme d'annuaires et d'informations la plus complète de Suisse, selon Swisscom et Tamedia. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!