Swissfirst réagit à la polémique
Actualisé

Swissfirst réagit à la polémique

Ses dirigeants ont chargé une banque d'investissement internationale d'examiner toutes les options de réorientation, y compris la vente du groupe ou de certaines de ses unités.

«Ces mesures radicales sont indispensables pour sauvegarder la réussite de Swissfirst et protéger au maximum les activités opérationnelles», indiquent le conseil d'administration et le comité exécutif vendredi dans un communiqué.

Ils réaffirment leur conviction que la fusion avec la Bank am Bellevue en septembre 2005 s'est déroulée de manière correcte et irréprochable à tous les égards et se disent victimes d'une véritable «campagne de diffamation».

Cette situation étant préjudiciable pour les affaires et la réputation du groupe, ces mesures visent selon eux à protéger au mieux les intérêts des clients, des collaborateurs et des actionnaires. La banque mandatée devra élaborer des propositions avec l'objectif de transférer les activités dans une nouvelle structure.

En cas de changement de contrôle, les membres du comité exécutif et du conseil d'administration remettent leur mandat à disposition. Si un nouveau propriétaire en exprimait le souhait, ils conserveraient leurs fonctions pour une durée limitée.

Après la fusion avec la Bank am Bellevue en septembre 2005, le titre Swissfirst s'était fortement apprécié à la Bourse suisse, créant des soupçons de délits d'initiés. Selon des journaux alémaniques, des caisses de pension ont alors laissé échapper des gains potentiels à hauteur de plusieurs millions.

Ton opinion