Scandale en Colombie: Symptomatique d'Obama, selon Sarah Palin
Actualisé

Scandale en ColombieSymptomatique d'Obama, selon Sarah Palin

La Maison Blanche a qualifié d'«absurde» vendredi la mise en cause par la républicaine Sarah Palin de la responsabilité du président Barack Obama dans le scandale de prostitution qui secoue le Secret Service.

Les capacités de direction de Barack Obama sont remises en doute par Sarah Palin.

Les capacités de direction de Barack Obama sont remises en doute par Sarah Palin.

Mme Palin, ancienne gouverneure de l'Alaska et colistière du républicain John McCain lors de la présidentielle de 2008 face à M. Obama, a affirmé jeudi soir sur «Fox News» que ce scandale au sein de la police d'élite protégeant le président constituait un «symptôme d'un gouvernement que personne ne maîtrise».

«Qui surveille les opérations?», s'est interrogée Mme Palin, pour qui «le président est le PDG de cette entreprise que nous appelons le gouvernement fédéral, et il doit commencer à faire respecter l'ordre dans ces agences».

«C'est le président qui est responsable en fin de compte. Et il faut vraiment qu'il commence (...) à faire tomber des têtes. Il doit se débarrasser de ces gens à la tête de ces agences où de toute évidence, ça ne tourne pas rond», a-t-elle assuré.

Interrogé à ce sujet vendredi lors de son point de presse quotidien, le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney a affirmé qu'il était «absurde de transformer le Secret Service en question politique».

Capable de diriger?

Un autre élu républicain, le sénateur de l'Alabama (sud) Jeff Sessions, s'était déjà interrogé jeudi sur les «capacités à diriger» du président Obama à la lumière de ce scandale.

M. Carney, qui avait mis en garde la veille contre toute récupération politique de cette affaire, a estimé que Mme Palin et M. Sessions «essaient de tourner ces incidents à leur avantage politique». «Je pense que c'est une accusation ridicule», a-t-il ajouté.

Onze membres du Secret Service sont soupçonnés d'avoir fréquenté des prostituées la semaine dernière à Carthagène en Colombie, où ils préparaient la venue de Barack Obama au sommet des Amériques. Le départ de trois agents mis en cause a été annoncé mercredi, et huit restent visés par une enquête interne. Dix militaires sont également soupçonnés des mêmes faits. (afp)

Onze militaires américains soupçonnés

Onze militaires américains, outre les 11 agents du Secret Service chargés de la protection du président des Etats-Unis mis en cause dans l'affaire, sont soupçonnés d'être impliqués dans le scandale de prostitution en Colombie, a annoncé vendredi le Pentagone.

«Six viennent de l'US Army (Terre), deux des Marines, deux de la Navy (Marine) et un de l'Air Force», affirme dans un communiqué un porte-parole du commandement américain chargé de l'Amérique latine (Southcom), le colonel Scott Malcom.

Ces hommes, soupçonnés d'avoir fréquenté des prostituées à Carthagène, en Colombie, avec des hommes du Secret Service alors qu'ils préparaient le dispositif de protection de Barack Obama pendant son séjour sur place pour le sommet des Amériques, ont rejoint leur cantonnement aux Etats-Unis.

Ils doivent être entendus dans les prochains jours par l'enquêteur chargé par l'armée américaine de faire la lumière sur cette affaire et de proposer d'éventuelles poursuites disciplinaires voire judiciaires à leur encontre, selon le colonel Malcom.

Onze agents du Secret Service ont par ailleurs été rappelés à Washington avant même la fin du séjour de M. Obama en Colombie, et font l'objet d'une suspension administrative et d'une enquête du Secret Service. Trois d'entre eux ont démissionné.

Ton opinion