Santé: Syngenta et Bayer ont caché des études sur la nocivité des pesticides

Publié

SantéSyngenta et Bayer ont caché des études sur la nocivité des pesticides

Les fabricants sont tenus de signaler les études sur leurs produits en Europe. Certains dossiers de quatre entreprises n’ont pourtant pas été remis aux autorités avant des années.

Image d’illustration.

Image d’illustration.

Getty Images/iStockphoto

L’utilisation de l’abamectine, commercialisée sous le nom de Vertimec Gold, peut protéger les cultures de poires ou de fraises contre les parasites. La substance est autorisée dans l’Union européenne et en Suisse depuis plusieurs décennies, avec des prescriptions strictes. Récemment, l’Europe a encore restreint son utilisation et la Suisse pourrait suivre. Les raisons de ce tour de vis? Une nouvelle étude qui prouve que le produit provoque un retard de développement des organes sexuels chez le rat.

Le problème, apprend-on dans une enquête internationale publiée par SRF, c’est que Syngenta, fabricant de l’abamectine, dont le siège est en Suisse, avait déjà tiré ces conclusions dans deux études en 2005 et 2007, mais n’avait pas transmis ses résultats aux autorités européennes d’autorisation, comme l’exige pourtant la loi depuis une trentaine d’années.

Effets indésirables

Quatre producteurs de pesticides, dont Bayer et Syngenta, ont eu des pratiques similaires au début des années 2000, révèle le média alémanique. En tout, un quart des études réalisées sur neuf substances n’ont pas été publiées en Europe, alors même qu’elles indiquaient dans sept cas sur neuf des effets indésirables.

Des responsables européens se disent préoccupés par ces révélations. Les entreprises concernées, interpellées par les journalistes, nient avoir commis des infractions.

(jba)

Ton opinion

28 commentaires