Bâle: Syngenta refuse 42 milliards de Monsanto
Actualisé

BâleSyngenta refuse 42 milliards de Monsanto

Le groupe agrochimique bâlois a confirmé avoir reçu une offre de rachat non sollicitée de son concurrent américain.

Le conseil d'administration de la firme rhénane a rejeté la proposition, estimant qu'elle sous-évaluait les perspectives de l'entreprise.

L'offre de 449 francs par action, dont 45% en numéraire, représente une prime de 35% par rapport au cours de clôture de jeudi. Elle valorise Syngenta à quelque 42 milliards de francs.

Le groupe a examiné la proposition sur le plan juridique et financier. A l'issue de l'examen, l'organe de surveillance de Syngenta «a rejeté unanimement cette offre, car elle n'était pas dans l'intérêt du groupe».

«La proposition de Monsanto ne reflète pas les perspectives exceptionnelles de croissance offertes par la stratégie intégrée de Syngenta, ni le potentiel important de valorisation future de l'innovation dans le domaine des cultures et les positions de leader de l'entreprise», a déclaré le président du conseil d'administration Michel Demaré, cité vendredi dans un communiqué.

Obstacles au rapprochement

Syngenta mentionne aussi les obstacles que pourrait rencontrer une fusion du point de vue du droit de la concurrence dans de nombreux pays. Selon le groupe, l'offre sous-estime les risques inhérents à des transactions de cette ampleur.

La société met également en avant ses produits récemment lancés et sa pépinière de projets phytosanitaires en développement, dont le potentiel de chiffre d'affaires s'élève à plus de 3 milliards de dollars.

L'évaluation actuelle de Syngenta est «affectée par des mouvements à court terme de devises et des prix des matières premières, mais les perspectives d'affaires sont bonnes, avec une part de marché de plus de 50% revenant aux économies émergentes», a ajouté Michel Demaré.

Selon lui, la stratégie intégrée de Syngenta a été «particulièrement couronnée de succès» sur ces marchés en 2014, où une croissance à deux chiffres a été enregistrée pour la 5e année consécutive.

Rumeurs

Syngenta emploie quelque 29'000 collaborateurs et a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 15,1 milliards de dollars pour un bénéfice de 1,6 milliard. De son côté, Monsanto a enregistré lors de son exercice fiscal 2013-2014, achevé fin août, un chiffre d'affaires de 15,9 milliards pour un bénéfice net de 2,8 milliards. La multinationale, basée à Saint-Louis, dans le Missouri, emploie environ 21'000 personnes.

Les rumeurs de rapprochement entre les deux groupes ont enflé depuis la fin avril, propulsant l'action Syngenta à un plus haut record de 351 francs le 4 mai. Le titre a clôturé jeudi à 332,70 francs.

L'action décolle

La confirmation de l'offre de Monsanto, leader mondial des OGM, a dopé le cours de l'action vendredi à la Bourse suisse. A la clôture, le titre de Syngenta s'est envolé de 19,3% pour atteindre un nouveau plus haut de 411,80 francs, dans un marché SMI en hausse de 2,48%.

La prise de position de Syngenta, qui intervient au lendemain de l'annonce de la suppression de 116 emplois sur son site de Monthey (VS), a surpris les analystes, qui planchaient sur la logique d'un rapprochement sur fond de rumeurs jusqu'ici non confirmées.

Pas encore l'épilogue

Le rejet du jour ne constitue vraisemblablement pas l'épilogue du feuilleton Syngenta-Monsanto. Des rumeurs courent déjà depuis plus d'un an sur un rapprochement des deux mastodontes de l'agrochimie, et la saga risque de connaître encore des rebondissements. La Banque cantonale de Zurich (BCZ) estime que la probabilité d'une nouvelle enchère de la part du colosse américain a augmenté, suite à cette première offre concrète.

Dans une note la semaine passée, les analystes de Credit Suisse jugeaient une union des mastodontes de l'agrochimie «peu probable», dressant une longue liste de réserves à l'égard de la transaction. Le principal obstacle se situe au niveau réglementaire, selon eux. Pour Monsanto, la motivation première se situerait au niveau fiscal, ont-ils fait valoir.

Prime très attractive

Dans une réaction publiée vendredi, Monsanto a indiqué de son côté que les actionnaires du groupe bâlois recevraient une prime «très attractive» en échange de leurs actions. Un rapprochement entre les deux groupes contribuerait de plus à dégager des synergies «substantielles».

Monsanto s'est aussi dit «confiant» d'obtenir les autorisations des régulateurs. En septembre, Washington avait cependant dévoilé une série de mesures visant à dissuader les entreprises américaines de se domicilier fiscalement à l'étranger, après de vifs débats sur les pratiques dites d'«inversion fiscale». (ats)

Rumeurs

Syngenta emploie quelque 29'000 collaborateurs et a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 15,1 milliards de dollars pour un bénéfice de 1,6 milliard. De son côté, Monsanto a enregistré lors de son exercice fiscal 2013-2014, achevé fin août, un chiffre d'affaires de 15,9 milliards pour un bénéfice net de 2,8 milliards. La multinationale, basée à Saint-Louis, dans le Missouri, emploie environ 21'000 personnes.

Les rumeurs de rapprochement entre les deux groupes ont enflé depuis la fin avril, propulsant l'action Syngenta à un plus haut record de 351 francs le 4 mai. Le titre a clôturé jeudi à 332,70 francs.

Ton opinion