Actualisé

AgrochimieSyngenta: résultats en baisse en 2016

Le groupe n'a pas prévu de dividende pour l'exercice écoulé, voulant attendre la conclusion de son acquisition par ChemChina.

Syngenta a fait grise mine en 2016.

Syngenta a fait grise mine en 2016.

Keystone

Le groupe agrochimique bâlois Syngenta a vu son bénéfice net reculer l'an dernier de 12% à 1,18 milliard de dollars (1,17 milliard de francs). Le rachat par ChemChina devrait être bouclé au 2e trimestre.

Le chiffre d'affaires a lui fléchi de 5% à 12,79 milliards de dollars. A taux de change constants, les ventes ont diminué de 2%, a indiqué mercredi Syngenta dans un communiqué.

Le produit d'exploitation s'est détérioré de 11% à 1,65 milliard de dollars. Le résultat EBITDA affiche une baisse de 4% à 2,66 milliards de dollars. La marge correspondante ressort à 20,8%.

«Syngenta a maintenu sa performance malgré une nouvelle année difficile pour l'industrie agroalimentaire avec des prix agricoles restant bas et la rentabilité des agriculteurs sous pression dans de nombreux secteurs», a commenté le directeur général Erik Fyrwald, cité dans le communiqué.

Pas de dividende

Le groupe estime avoir bien avancé en vue de l'obtention des autorisations réglementaires nécessaires au rachat par le chinois ChemChina. Etant donné l'aboutissement prochain de la transaction, le conseil d'administration a décidé de planifier en juin l'assemblée générale annuelle.

Il n'y aura pas de proposition de versement de dividende ordinaire. Comme annoncé auparavant, le versement d'un dividende spécial de 5 francs dépendra de la conclusion de la transaction. Pour l'exercice en cours, Syngenta table sur une légère croissance du chiffre à taux de change constants et une amélioration de la marge EBITDA. (nxp/ats)

Rachat en vue

Maintes fois repoussé, le rachat par ChemChina devrait être bouclé au 2e trimestre. A ce jour, 13 autorités ont donné leur feu vert à l'opération de 43 milliards de dollars. Syngenta attend encore l'aval de celles du Brésil, du Canada, de la Chine, de l'Union européenne (UE), de l'Inde, du Mexique et des Etats-Unis. Le directeur général Erik Fyrwald se montre très optimiste quant à la réalisation de la transaction.

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!