Actualisé 10.03.2006 à 14:51

Tabagisme passif: il est urgent d'attendre

Le Conseil fédéral veut attendre les conclusions d'une commission parlementaire pour prendre des mesures concrètes. Il formule toutefois quelques propositions.

Le bannissement général de la fumée sur le lieu de travail ne devrait ainsi pas être introduit d'emblée. Avant d'en arriver là, le droit du travail pourrait être complété de manière à ce que des interdictions de fumer puissent être prononcées avec la possibilité ou non d'aménager des fumoirs, préconise le Conseil fédéral.

Son rapport répond à une initiative parlementaire de Felix Gutzwiller (PRD/ZH) qui demande des mesures de protection s'appliquant en particulier aux lieux de travail ainsi que dans les locaux et moyens de transport «auxquels le public a libre accès ou qu'il utilise». Sont aussi cités les établissements de formation, les hôpitaux et l'administration publique.

La commission de la santé publique et de la sécurité sociale du National planche sur la concrétisation de cette initiative.

La fumée passive coûte environ 500 millions de francs par an. En Suisse, 71 % de la population ne fument pas mais sont exposés à la fumée, souvent sans avoir la possibilité de s'y soustraire. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!