Actualisé 06.07.2018 à 09:50

Mondial 2018

Tabarez entretient un (faux) espoir pour Cavani

L'avant-centre uruguayen ne devrait pas jouer contre la France. Mais jeudi, son sélectionneur a voulu maintenir un doute

de
Simon Meier, Nijni Novgorod
les chances sont minces de voir Edinson Cavani sur le terrain ce vendredi contre la France.

les chances sont minces de voir Edinson Cavani sur le terrain ce vendredi contre la France.

AFP

On se rappelle ces images très fortes, où se mêlaient un immense bonheur et une douleur très vive. Edinson Cavani, principale figure de proue de l'Uruguay, fêtait dans les larmes la qualification de la Céleste pour les quarts de finale, après un morceau de bravoure contre le Portugal (2-1). C'était samedi soir et «El Matador» venait de sortir en boitant très bas – un oedème au mollet a finalement été diagnostiqué.

Depuis, de Montevideo à Paris, c'est la grande question: Cavani or not Cavani pour le quart de finale d'aujourd'hui entre la France et l'Uruguay? La raison – et les nombreux médecins consultés par les médias sans évidemment avoir vu le dossier – disent non. Impossible de se remettre aussi vite. Mais hier à Nijni Novgorod, Oscar Tabarez a tenu à maintenir le doute: «Depuis sa blessure, Edinson est très attristé. Mais comme sur le terrain, il se bat, il travaille à sa guérison. Il se concentre sur son espoir, son rêve», a déclaré le sélectionneur uruguayen, sans préciser si «l'espoir» concernait le match d'aujourd'hui ou la possibilité de disputer une éventuelle demi-finale en cas de victoire face aux Bleus.

Le sourire malicieux de Tabarez

A la relance d'un journaliste, le Maestro à béquille a coupé court, sèchement: «Je pense que nous avons fourni suffisamment d'informations sur cette question. Il y a beaucoup de rumeurs, beaucoup de gens qui ne savent pas ce qui se passe et parlent trop, a-t-il lancé. Dans moins de 24 heures (ndlr: c'était hier à 18 heures), vous saurez. Certains disent que nous faisons exprès d'entretenir le doute mais nous, nous voulons juste jouer et gagner.» Puis, pour clore la question, Oscar Tabarez s'est encore fendu d'un sourire malicieux : «Moi-même, je ne reçois pas toutes les informations que je souhaiterais de la part de la fédération française.»

Alors, Cavani or not Cavani pour défier les Bleus? Voici quelques heures, le journal «El Pais» de Montevideo semble avoir réglé la question, citant Wilmar Valdez, président de la fédération uruguayenne : non, l'attaquant du PSG, qui s'est entraîné à part jeudi, ne sera pas titulaire, remplacé par Christian Stuani.

Nouveau coup de bluff ou évidence raisonnable ? On va bientôt savoir. En attendant, la très probable absence de Cavani ressemble à un cadeau du ciel pour la France. Quoique, durant les éliminatoires de cette Coupe du monde, l'Uruguay a disputé trois parties sans son Matador. Et elles les a toutes remportées : en Bolivie (0-2), où la Celeste ne s'était jamais imposée ; devant la Colombie (3-0) et face à l'Equateur (2-1). Certains diront que, de même que «Paris n'est pas Gijon», la France n'est pas la Bolivie.

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!