Terreur à Boston: Tamerlan Tsarnaev: «Ne sois pas stupide!»
Actualisé

Terreur à BostonTamerlan Tsarnaev: «Ne sois pas stupide!»

Un entrepreneur a raconté vendredi comment le suspect des attentats de Boston l'a pris en otage, avant d'entamer la folle course qui a conduit à sa mort et à l'arrestation de son frère.

Jeudi 18 avril, trois jours après le double attentat du marathon de Boston, les frères Tsarnaev veulent quitter la ville. Ils projettent de se rendre à New York, pour déposer une bombe en plein Times Square. Vers 23 heures, un entrepreneur chinois de 26 ans prénommé Danny arrête sa Mercedes au bord de la route, pour répondre à un sms. C'est à ce moment que l'aîné des Tsarnaev tape à la fenêtre côté passager. Lorsque Danny baisse la vitre, Tamerlan monte dans la voiture.

«Ne sois pas stupide», lui dit-il, en sortant son arme. Il lui explique être l'auteur des attentats, et ajoute qu'il vient de tuer un policier. Derrière la voiture de Danny, un autre véhicule est conduit par Djokhar Tsarnaev, relate le «Boston Globe», repris par «France TV Info». Le jeune entrepreneur, sous la menace de l'aîné, est alors embarqué dans un parcours de 90 minutes à travers la banlieue de Boston.

Il les entend parler de «Manhattan»

Durant cette virée, les frères demandent à leur «chauffeur» sa carte de crédit et son code. Ils retirent de l'argent à un distributeur. Danny ne comprend pas leur langage, mais les entend parler de «Manhattan».

Un problème survient alors pour les deux suspects: la voiture n'a presque plus d'essence. Le trio s'arrête donc dans une station-service. Une aubaine pour le jeune otage: «En un mouvement rapide, Danny défait sa ceinture et s'échappe de la Mercedes en claquant la porte, raconte le site français. Son braqueur pousse un juron, mais il est trop tard: zigzaguant, Danny file vers une autre station service, de l'autre côté de la rue, ouverte toute la nuit. Il crie au pompiste d'appeler le 911.»

C'est grâce à cet appel et aux informations que les policiers ont pu prendre en chasse les deux terroristes présumés et les retrouver. «Je ne me sens pas un héros... J'essayais juste de sauver ma peau», a simplement conclu Danny.

Ton opinion