LNA: Tamo paré pour le baptême du feu, si le boss le veut
Actualisé

LNATamo paré pour le baptême du feu, si le boss le veut

Le portier No 2 de Genève-Servette pourrait vivre sa première titularisation en LNA, jeudi. Chris McSorley, lui, préfère temporiser.

par
Grégory Beaud
Tamo avait obtenu un peu de temps de jeu à Lausanne la saison dernière.

Tamo avait obtenu un peu de temps de jeu à Lausanne la saison dernière.

Lundi, tout le monde n'avait d'yeux que pour Federico Tamo après l'entraînement. Les femmes des joueurs, présentes pour tourner un clip, sont passées presque inaperçues. La raison? L'éternel gardien remplaçant du GSHC pourrait être aligné jeudi contre Rapperswil. «Je ne change rien à ma routine, précise-t-il. Je me pousse un peu plus que d'habitude au cas où on me demanderait de jouer. J'ai du temps pour m'y préparer.»

Agé de 30 ans, le portier No 2 n'a pour l'heure jamais connu cet honneur en LNA, malgré une fidélité qui l'honore. Présent depuis 2007 aux Vernets, il fait partie des quatre joueurs de l'équipe d'alors encore présents, avec Bezina, Mercier et Rivera. Pendant tout ce temps, tout juste a-t-il eu droit à quelques bribes de match. «Je suis content de la chance qui s'offre à moi, sourit-il. Celui qui commence le hockey pour rester toute sa carrière sur le banc ferait mieux de changer de voie.»

Interrogé sur la suspension de Tobias Stephan, Chris McSorley n'avait pas encore décoléré: «Si un gars aussi calme que lui pète les plombs, il faut croire qu'il y a un problème.» Le boss des Vernets n'osait pas imaginer que le match de suspension automatique serait alourdi par le juge unique. «Ce serait incompréhensible.» Pourtant, Reto Steinmann a provisoirement suspendu Tobias Stephan pour deux rencontres. Une sanction qui pourrait être augmentée à l'issue de la procédure. Aucun recours n'est possible contre cette première salve.

L'Ontarien est pourtant prêt à cette éventualité hautement inconfortable. «Je préfère ne pas dévoiler mon jeu pour le moment», tranche-t-il sans confirmer la présence de Federico Tamo devant le filet. Dès lors, l'arrivée d'un gardien en prêt est-elle envisageable? «Qui pourrait avoir envie d'aider Genève? questionne Chris McSorley. Nous sommes à la recherche d'une solution à l'interne. Je n'en dirai pas plus.»

Vu les liens quasi fraternels noués entre Lausanne et Genève, le prêt de Christophe Bays aux Vernets serait-il considéré comme une solution «à l'interne»? «Mais pourquoi cette question? s'est gaussé Jan Alston, directeur sportif lausannois. Ce n'est pas à l'ordre du jour.» McSorley, lui, n'exclut aucune piste, même à l'étranger.

Sébastien Beaulieu, coach des gardiens

– Federico Tamo est-il prêt pour ce défi?

– C'est un bon challenge pour lui. Son niveau d'entraînement est suffisant, je ne me fais pas de souci. Cette semaine, nous allons être plus attentifs à lui pour que tout se passe bien.

– Ces 5 jours de battement, est-ce positif ou négatif?

– C'est plutôt une bonne chose. Comme ce n'est pas quelqu'un de très nerveux et qu'il relativise beaucoup les choses, je suis content d'avoir du temps à disposition.

– Trouver le rythme ne sera-t-il pas trop compliqué?

– Ce n'est pas simple pour n'importe quel gardien qui ne joue pas beaucoup. Je sais qu'il ne sera pas déstabilisé par ça, même si ce sera difficile.

Ton opinion