Actualisé 14.10.2018 à 22:01

Football - Islande«Tant pis si ça rate, tu auras essayé»

Pour mieux cerner le peuple islandais, on est allé à la rencontre d'une Genevoise de Reykjavik.

de
Robin Carrel, Reykjavik
Martyna Daniel a suivi le père de sa fille et vit depuis cinq ans à Reykjavik.

Martyna Daniel a suivi le père de sa fille et vit depuis cinq ans à Reykjavik.

L'Islande, c'est le pays où on s'extasie devant un arc-en-ciel sur la mer, alors que les habitués du coin vous disent: "Bof, il y en a plein ici et souvent des doubles"... Mais l'Islande, c'est aussi le pays où Martyna Daniel a décidé de s'installer il y a cinq ans, dans le foulée de son ami qui vient du coin rencontré à Prague et avec qui elle a eu une magnifique petit fille de trois ans et demi. Cette Genevoise de 29 ans est, ça ne s'invente pas, directrice du Musée des Baleines de la capitale et nous a permis de mieux cerner la mentalité des Islandais, qui se retrouve à merveille dans leur équipe nationale de foot.

"Ici, les gens aiment ceux qui travaillent bien. Ça, ça les inspire, pense la Suissesse. En Islande, le peuple a cette culture de l'effort, parce qu'ils ont toujours dû trimer dans des conditions compliquées. C'est un pays spécial, fier de son identité. Tu peux faire des choses nouvelles, te lancer et tant pis si ça rate, tu auras essayé." Notre interlocutrice sait de quoi elle parle, pour avoir débarqué sur place sans références, avant de monter sur un bateau et faire office de guide pour les touristes friands de selfies avec des cétacés et qui a fini par diriger un musée et lancer sa propre galerie d'art, prisée par les locaux, à quelques mètres de l'Atlantique.

Pour ce qui est de travailler fort, Martyna s'est donné quant à elle, jusqu'à son passage à la trentaine pour apprendre l'islandais, cette langue avec des «þ »et des «ð »dedans. On lui souhaite bien du plaisir.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!