Genève: Tarifs TPG gelés: menaces sur les prestations
Actualisé

GenèveTarifs TPG gelés: menaces sur les prestations

Le Parlement genevois a renvoyé en commission ce jeudi matin la loi pour augmenter les prix des billets TPG. L'offre pourrait être péjorée par cette décision.

par
Julien Culet
Les voyageurs ne verront pas le prix de leurs billets augmenter cette année. (photo: Keystone/Martial Trezzini)

Les voyageurs ne verront pas le prix de leurs billets augmenter cette année. (photo: Keystone/Martial Trezzini)

photo: Kein Anbieter

Le Grand Conseil a voté ce jeudi matin le renvoi en commission de la loi qui proposait d'augmenter les tarifs des Transports publics genevois (TPG). Elle prévoit notamment de faire passer le billet «60 minutes Tout Genève» de 3 francs à 3,2 francs. Le texte devra être réétudié par la Commission des transports, d'où il sortait. Avec ce contretemps, la hausse envisagée pour décembre, en même temps que les nouveaux horaires, ne devrait pas avoir lieu. Un accroissement de la subvention de l'Etat pour la régie de transports, voulue par les Verts, a subi le même sort.

Baisse des cadences en vue

Ces textes ont pour but de compenser les pertes provoquées par la baisse des tarifs votée par les Genevois en 2014. Depuis, chaque hausse de prix doit être validée par le Grand Conseil. Le Conseil d'Etat était favorable à une augmentation tarifaire. Il prévenait en juin que l'offre de transport allait être péjorée en cas de refus.

La hausse du prix des billets était soutenue par le PLR, le PDC et l'UDC. Pour Nathalie Fontanet, cheffe de groupe libéral-radical, cette décision est «un échec. Le développement du réseau est bloqué et les cadences des bus et des trams vont être diminuées». L'élue juge que l'effort demandé aux usagers était «modeste tout en assurant un maintien de l'offre».

Economies demandées

Le député Vert Matthias Buschbeck voit ce renvoi en commission comme «une chance de trouver un compromis». Son parti demandait une hausse de 10 millions de francs de la subvention accordée aux TPG. «Nous sommes prêts à revoir ce chiffre pour arriver à un consensus, rapporte-t-il. Mais il faut pour cela que la droite accepte d'entrer en matière sur le principe.» Le PLR notamment est opposé à une contribution supplémentaire de l'Etat.

Le MCG s'est opposé à tout changement de prix. «Les TPG ont fait des efforts mais nous estimons que des économies peuvent encore être trouvées», rapporte Pascal Spuhler, représentant du parti antifrontaliers au sein de la commission des transports. D'après lui, la baisse du tarif des abonnements a permis d'augmenter le nombre d'utilisateurs et donc de limiter les pertes de la régie.

Magistrat pressé

Le conseiller d'Etat responsable des transports Luc Barthassat, qui soutenait la hausse des prix, garde l'espoir d'aboutir à une issue heureuse cette année encore. «Ce renvoi en commission va nous permettre de discuter à nouveau, juge-t-il. Il va falloir travailler très vite pour trouver une solution médiane.» Pour le magistrat PDC, «Genève a les tarifs les plus bas de Suisse, même avec le rééquilibrage modeste prévu. Je suis sûr que les utilisateurs sont prêts à faire un petit effort pour améliorer leur confort.»

Ton opinion