Inde: Tata investit dans Uber
Actualisé

IndeTata investit dans Uber

Le conglomérat indien Tata va investir une somme «significative» dans le service de location de voiture avec chauffeur (VTC) Uber.

Présent en Inde depuis deux ans, le service Uber a connu quelques problèmes, notamment en raison d'une agression sexuelle présumée.

Présent en Inde depuis deux ans, le service Uber a connu quelques problèmes, notamment en raison d'une agression sexuelle présumée.

Le montant de l'investissement n'a pas été indiqué mais, selon des chiffres cités par les médias indiens, il serait compris entre 75 et 100 millions de dollars. L'investissement se fera par le biais du Tata Opportunities Fund (TOF) qui gère les placements du conglomérat indien dans les entreprises privées. Il s'agit de la première fois que TOF investit dans une entreprise dont le siège n'est pas en Inde, précise Tata dans un communiqué mercredi.

Uber propose ses services en Inde depuis deux ans et avait annoncé fin juillet son intention d'y développer ses activités en y investissant un milliard de dollars dans les neuf prochains mois.

Uber a connu des débuts laborieux dans ce pays avec le viol présumé d'une jeune femme par un de ses chauffeurs et le retrait subséquent de la licence du groupe par le gouvernement de la ville de New Delhi. La compagnie avait repris son service en janvier 2015 après avoir déposé une nouvelle demande de licence, mais elle a essuyé un refus de développement début juin.

Dans 18 villes indiennes

Elle offre ses services actuellement dans 18 autres villes indiennes avec 150'000 chauffeurs enregistrés et, affirme-t-elle, une croissance de 40% par mois.

La valorisation d'Uber, qui n'est pas cotée en Bourse, atteindrait 50 milliards de dollars après un dernier tour de table en juillet qui lui aurait rapporté environ un milliard de dollars, selon le «Wall Street Journal». Le quotidien économique américain indiquait que parmi les investisseurs figuraient le groupe informatique Microsoft et le bras armé du groupe de médias indien Bennett Coleman & Co. (ats)

Ton opinion