Grande-Bretagne: Tata Steel supprime 500 emplois
Actualisé

Grande-BretagneTata Steel supprime 500 emplois

Dans le cadre de sa restructuration, le groupe indien Tata Steel va tailler dans ses effectifs.

L'ancien patron de Tata Steel, Ratan Tata, qui a passé la main en décembre 2012.

L'ancien patron de Tata Steel, Ratan Tata, qui a passé la main en décembre 2012.

Le groupe indien de sidérurgie Tata Steel a annoncé mardi la suppression de près de 500 emplois supplémentaires en Grande-Bretagne dans le cadre d'une restructuration destinée à faire face à la baisse de la demande.

Ces suppressions concernent essentiellement les fonctions administratives ou d'encadrement, précise le groupe dans un communiqué. Le site de Scunthorpe dans le nord de l'Angleterre sera particulièrement touché avec environ 340 postes menacés.

La direction invoque la demande déprimée pour les produits longs en acier, en particulier les matériaux de construction.

«La demande d'acier en Europe devrait atteindre cette année les deux tiers des niveaux d'avant crise, après une chute ces deux dernières années», a expliqué Karl Koehler, directeur général des opérations européennes du géant indien.

«En plus des conditions économiques difficiles, les réglementations énergétiques et environnementales en Europe et au Royaume-Uni menacent d'imposer des coûts supplémentaires énormes sur l'industrie sidérurgique», a-t-il ajouté.

Déjà 1000 départs

Le syndicat GMB s'est dit «amer et déçu alors que 1000 personnes ont déjà quitté l'entreprise cette année et que tout le monde a travaillé dur pour améliorer les choses à tous les niveaux». Il entend limiter les départs forcés et faire revoir à la baisse le nombre d'emplois menacés.

Tata Steel avait déjà annoncé il y a un an la suppression de 900 emplois - notamment au Pays de Galles - et la fermeture de 12 sites dans le cadre de la restructuration de ses activités au Royaume-Uni. (ats/afp)

Ton opinion