Suisse: Taxer les vols pour baisser les primes maladie?
Actualisé

SuisseTaxer les vols pour baisser les primes maladie?

Depuis dimanche, les voyageurs prenant l'avion en Suède doivent s'acquitter d'une taxe qui dépend de la durée du vol. Plusieurs politiciens helvétiques approuvent une telle mesure.

par
daw/ofu
1 / 4
Une taxe écologique sur les billets d'avion séduit un nombre grandissant de politiciens en Suisse.

Une taxe écologique sur les billets d'avion séduit un nombre grandissant de politiciens en Suisse.

Keystone/Steffen Schmidt
Plusieurs pays voisins, comme la Suède, dispose déjà d'une telle taxe.

Plusieurs pays voisins, comme la Suède, dispose déjà d'une telle taxe.

Brytta
Pascal Vuichard, co-président des Jeunes Vert'libéraux, estime que la Suisse devrait suivre cet exemple.

Pascal Vuichard, co-président des Jeunes Vert'libéraux, estime que la Suisse devrait suivre cet exemple.

Keystone/Peter Schneider

Toute personne qui monte à bord d'un avion à Stockholm ou à Malmö doit, depuis dimanche, débourser davantage pour son billet. En cause: une nouvelle taxe écologique, qui se monte entre 5,80 et 38,80 euros et dépend de la durée du vol. Son but est de minimiser l'impact des voyages en avion sur notre climat. Le pays nordique n'est pas le seul à avoir introduit cette mesure. Plusieurs pays européens connaissent déjà une telle taxe.

Selon «20 Minuten», l'idée fait également son chemin en Suisse. La conseillère nationale Priska Seiler Graf (PS), qui se bat depuis de nombreuses années contre le bruit des avions, a déposé l'an dernier un postulat dans lequel elle demande justement d'introduire une taxe sur les billets d'avion. «Dans notre pays, le transport aérien génère environ 15% de l'ensemble des effets sur le climat. Le transport aérien international est particulièrement nocif pour le climat étant donné qu'il émet d'autres gaz à effet de serre, en plus des immenses quantités de CO2 qu'il rejette», argumente la socialiste. Son texte n'a pas encore été traité.

«Le système actuel est injuste»

Les Vert'libéraux prônent eux aussi des mesures similaires. Une motion déposée fin 2017 par Jürg Grossen demande au Conseil fédéral de soumettre un projet d'acte à l'Assemblée fédérale «prévoyant l'introduction d'une taxe, redevance ou taxe d'incitation dans le domaine de l'aviation civile, qui tienne compte de l'impact sur le climat et dont les coûts seraient répercutés sur les passagers».

Interrogé, Pascal Vuichard, co-président des Jeunes Vert'libéraux, exige que la Suisse suive l'exemple de ses pays voisins. Il propose une taxe de 80 francs par tonne de CO2. Un vol pour Londres en classe économique coûterait ainsi 15 francs plus cher. «Cela permettrait non seulement de couvrir les vrais frais des émissions CO2, mais également de rendre les autres moyens de transport plus compétitifs.» Et d'ajouter: «Le système actuel est injuste parce que les compagnies aériennes ne sont pas soumises aux impôts sur les huiles minérales, contrairement aux bus longue distance par exemple.»

Mesure mondiale

Vuichard propose de redistribuer à la population l'argent perçu à travers la taxe sur les vols. «L'argent pourrait servir à financer des panneaux solaires sur les toits des écoles ou à faire baisser les primes d'assurance maladie.» Son avis n'est cependant pas partagé par Thomas Hurter, conseiller national (UDC/SH) et président d'Aerosuisse, la fédération faîtière de l'aéronautique et de l'aérospatiale suisses: «Il serait faux de subventionner les primes d'assurance maladie avec l'argent perçu par le biais d'une telle taxe.» Il estime par ailleurs que seule une mesure mondiale, à laquelle se soumettraient également les Etats-Unis et la Chine, permettrait de lutter efficacement contre les émissions CO2.

Ton opinion