Genève/Lausanne: Taxis imaginatifs pour contrer Uber
Actualisé

Genève/LausanneTaxis imaginatifs pour contrer Uber

Face aux tarifs concurrentiels pratiqués par la société californienne, Taxiphone et Taxi Services tentent chacun d'innover.

par
Frédéric Nejad Toulami
photo: Keystone

Taxiphone est la plus grande centrale de taxis à Genève et Taxi Services son équivalent à Lausanne. Confrontées à la concurrence, jugée déloyale, de la société Uber, avec son application et ses prix cassés, toutes deux vont lancer de nouvelles offres distinctes dans leur ville respective.

«Le but est de prouver que nous pouvons être inventifs tout en respectant la loi, car ne pas tenir compte de l'attente des gens serait juste suicidaire!» résume Nicole Favre, directrice de la compagnie lausannoise Taxi Services, qui gère le central téléphonique régional.

La société vaudoise s'apprête à lancer, en février, un service en collaboration avec la Ville de Lausanne, axé sur l'agenda culturel, notamment en soirée. En marge de l'offre classique, elle souhaite proposer des courses «collectives» sur le modèle existant de Taxibus. A savoir d'être pris en charge par une voiture sur une ligne des transports publics, la nuit, avec une surtaxe de 4 fr. en plus du ticket de bus ou de l'abonnement.

Pour rentrer à plusieurs d'un même événement dans un véhicule à se partager, les clients paieront ainsi moins cher. Des tests ont été effectués en soirée le week-end dernier avec des clients du D! Club.

Quant au genevois Taxiphone, il proposera dans quelques semaines trois catégories de tarification selon le type de véhicule, d'après «Le Temps» de lundi. Un service limousine est ainsi prévu.

Tarifs impraticables

«Il n'est pas possible de nous aligner sur les prix pratiqués par la société Uber, car elle ne paie pas la TVA et mal ses chauffeurs, contrairement à nous qui payons aussi des charges», rappelle Nicole Favre, de Taxi Services. Pour rappel, dans l'agglomération lausannoise, les tarifs en vigueur sont approuvés par la Conférence des directeurs de police ou par les municipalités, en collaboration avec les associations professionnelles concernées.

Ton opinion