Grammy Awards: Taylor Swift et Kendrick Lamar sacrés
Actualisé

Grammy AwardsTaylor Swift et Kendrick Lamar sacrés

Taylor Swift est la première femme à remporter deux Grammys du meilleur album, mais c'est Kendrick Lamar qui a donné la performance la plus incendiaire de la soirée et empoché cinq prix.

«1989» qui a marqué la transformation de Taylor Swift, de princesse de la country music en idole mondiale de la pop, a été sacré lundi meilleur album de l'année lors des Grammys Awards, la plus prestigieuse des cérémonies de l'industrie musicale.

«1989», qui est sorti en 2014 et a détenu un temps le titre d'album le plus vendu, l'a emporté face à «To Pimp a Butterfly», l'opus de Kendrick Lamar, qui a remporté le prix de meilleur album rap plus tôt dans la soirée. L'album de Taylor Swift, «1989», a aussi douché les espoirs du canadien The Weeknd et son «Beauty Behind the Madness».

Performance enflammée

Le rappeur Kendrick Lamar a marqué cette soirée, en raflant plusieurs titres, mais aussi lors de sa performance sur scène. Ce dernier a littéralement enflammé la scène avec une performance époustouflante évoquant les violences contre les Noirs en Amérique. Le maître de cérémonie LL Cool J n'avait pas menti en laissant entendre que Kendrick Lamar, avec les cinq Grammys remportés lundi, allait produire une performance qui ferait polémique.

Kendrick Lamar a ouvert sa séquence en entonnant «The Blacker the Berry» sur un rythme plus rock que sur son disque, en menottes et entraves, avec un faux oeil au beurre noir, dans un décor de prison.

Il était entouré de danseurs qui brisent leurs chaînes et se lancent dans une chorégraphie frénétique évoquant rébellion et mort, avec des lumières en ultra-violet faisant apparaître des lignes de squelettes sur leurs vêtements.

Il a enchaîné sur «Alright», titre évoquant les violences policières contre les Noirs et devenu l'hymne non-officiel du mouvement protestataire Black Lives Matter.

Meilleur album rap

Le rappeur de 28 ans originaire de Compton, banlieue sensible de Los Angeles, chantait cette fois au milieu d'un ensemble chorégraphique de danse africaine, devant un gigantesque brasier.

Il partait lundi avec 11 nominations, un record seulement dépassé par Michael Jackson du temps de «Thriller».

Il a empoché le premier prix de la retransmission télévisée, celui du meilleur album rap pour «To Pimp a Butterfly», recevant une ovation debout et le dédiant au hip-hop.

Il a aussi décroché les prix de la meilleure performance rap, meilleure chanson et collaboration rap, et pour son apparition sur la vidéo «Bad Blood» de sa rivale - et amie - Taylor Swift.

«To Pimp a Butterfly», qui mêle textes personnels sur les relations raciales, rap et expérimentations jazz, a été encensé par la critique.

Swift, l'autre favorite

Taylor Swift, en lice pour sept Grammys, a empoché deux prix, pour la vidéo de «Bad Blood» et celui du meilleur album vocal de pop pour «1989», son best-seller écoulé à 5,7 millions de copies aux Etats-Unis.

Collection de tubes entêtants aux arrangements synthétiques, de «Shake it off» en passant par «Bad Blood» ou «Style», l'album évoque jeux amoureux, rencontres sans lendemain, et relations qui s'enveniment.

Mark Ronson côté Funk

Le titre «Uptown Funk», l'hymne funk de Mark Ronson et Bruno Mars, a été sacré «meilleur enregistrement de l'année» lundi. Cet opus, rapidement devenu culte, a été en tête des ventes de singles pendant plusieurs mois aux Etats-Unis.

Mark Ronson, en costume bleu nuit rayé, a expliqué aux journalistes comment était née la chanson.

«Nous étions avec Bruno dans son studio d'Hollywood, on a commencé à improviser et Bruno a sorti cette phrase 'Michelle Pfeiffer in her white gold', et on s'est dit: 'tiens, c'est pas mal!'».

Le prestigieux titre du «meilleur enregistrement» se distingue de celui de «meilleure chanson» aux Grammys car il salue le travail de création d'un titre dans son ensemble, incluant la performance de ceux qui l'interprètent.

Mark Ronson, producteur britannique qui a notamment travaillé avec la superstar Adele, n'avait jamais connu un tel succès mais «Uptown Funk» et son captivant refrain «Girls hit your hallelujah» s'est fait une place de choix dans les boîtes de nuit et chez les publicitaires.

Ed Sheeran, meilleure chanson

L'auteur-compositeur britannique Ed Sheeran a pour sa part remporté le Grammy de la chanson de l'année pour «Thinking Out Loud», une ballade dépouillée à la guitare, et celui de la meilleure performance pop solo.

«Nous avons écrit (ce titre) sur le sofa chez moi après avoir dîné», a-t-il raconté en recevant son prix des mains de la légende soul Stevie Wonder.

Celui-ci, avec ses célèbres lunettes noires, a ironisé sur sa cécité... Avant d'appeler à «tout rendre accessible pour toute personne souffrant d'un handicap».

L'un des temps forts de la soirée fut une chanson a capella menée par Stevie Wonder en l'honneur de Maurice White, le chanteur du groupe Earth Wind and Fire, décédé il y a peu.

La révélation Meghan Trainor

Meghan Trainor a été sacrée révélation de l'année pour son interprétation du tube «All About That Bass». Cet hymne coloré dans lequel la chanteuse de 22 ans dénonce le dictat de la minceur a été vu près d'1,3 milliard de fois sur YouTube, la neuvième vidéo la plus regardée sur cette plateforme.

L'étoile montante canadienne The Weeknd a déjà au compteur deux prix pour sa chanson «Earned it» et son album «Beauty Behind the Madness», tout comme la star de R&B d'Angelo.

Gaga en hommage à Bowie

Lady Gaga a également transporté le public du Staples Center avec son hommage au dieu du rock David Bowie, décédé le mois dernier, avec un maquillage glam-rock coloré et des effets lumineux coulant sur son visage.

Le chanteur Lionel Richie a vu sa carrière saluée avec ses plus célèbres titres interprétés par un quinté de vedettes dont Demi Lovato, John Legend et Meghan Trainor, qu'il a rejoints sur scène pour «All night Long».

Autre fait marquant de la soirée : la superstar du R&B Rihanna a séché la cérémonie : elle a dû renoncer à la dernière minute aux Grammys, à cause d'une bronchite, ont rapporté plusieurs médias américains.

LE PALMARÈS COMPLET:

Record of the Year: Mark Ronson feat. Bruno Mars «Uptown Funk»

Album of the Year: Taylor Swift «1989»

Best New Artist: Meghan Trainor

Best Rock Performance: Alabama Shakes «Don't Wanna Fight»

Best Musical Theater Album: «Hamilton»

Song of the Year: Ed Sheeran «Thinking Out Loud»

Best Country Album: Chris Stapleton «Traveller»

Best Rap Album: Kendrick Lamar «To Pimp a Butterfly»

Best Pop Duo/Group Performance: Mark Ronson feat. Bruno Mars «Uptown Funk»

Best Rap/Sung Collaboration: Kendrick Lamar feat. Bilal, Anna Wise & Thundercat «These Walls»

Best Traditional Pop Vocal Album: Tony Bennett & Bill Charlap «The Silver Lining: The Songs of Jerome Kern»

Best Pop Solo Performance: Ed Sheeran «Thinking Out Loud»

Best Rap Song: Kendrick Lamar «Alright»

Best Alternative Music Album: Alabama Shakes «Sound & Color»

Best Rock Album: Muse «Drones»

Best Rap Performance: Kendrick Lamar «Alright»

Best Rock Song: Alabama Shakes «Don't Wanna Fight»

Best R&B Album: D'Angelo and the Vanguard «Black Messiah»

Best Urban Contemporary Album: The Weeknd «Beauty Behind the Madness»

Best R&B Performance: The Weeknd «Earned It (Fifty Shades of Grey)»

Best R&B Song: D'Angelo and The Vanguard «Really Love»

Best Traditional R&B Performance: Lalah Hathaway «Little Ghetto Boy»

Best Dance/Electronic Album: Skrillex and Diplo «Skrillex and Diplo Present Jack Ü»

Best Dance Recording: Skrillex and Diplo With Justin Bieber «Where Are Ü Now»

Best Music Video: Taylor Swift feat. Kendrick Lamar «Bad Blood»

Best Country Duo/Group Performance: Little Big Town «Girl Crush»

Best Country Song: Little Big Town «Girl Crush»

Best Music Film: Amy Winehouse «Amy»

Best Rap/Song Collaboration: Common & John Legend «Glory»

Best Pop Vocal Album: Taylor Swift «1989»

Best Country Solo Performance: Chris Stapleton «Traveller»

Best Contemporary Christian Music Album: Tobymac «This Is Not a Test»

Best Roots Gospel Album: The Fairfield Four «Still Rockin' My Soul»

Best Latin Rock, Urban or Alternative Album: Pitbull «Dale»

Best Latin Pop Album: Ricky Martin « A Quien Quiera Escuchar (Deluxe Edition)»

Best Comedy Album: Louis C.K. «Live at Madison Square Garden»

Best Spoken Word Album: Jimmy Carter «A Full Life: Reflections at Ninety»

Score Soundtrack for Visual Media: Birdman

Best Gospel Album: Israel & Newbreed « Covered: Alive Is Asia [Live] (Deluxe)»

Best Gospel Performance/Song: Kirk Franklin «Wanna Be Happy?»

Best Contemporary Christian Music Performance/Song: Francesca Battistelli «Holy Spirit»

Best Contemporary Classical Composition: Stephen Paulus, Paulus «Prayers & Remembrances»

Best Classical Solo Vocal Album: Joyce DiDonato and Antonio Pappano «Joyce & Tony - Live From Wigmore Hall»

Best Classical Instrumental Solo: Augustin Hadelich «Dutilleux: Violin Concerto, L'Arbre Des Songes»

Best Chamber Music/Small Ensemble Performance: Eighth Blackbird «Filament»

Best Choral Performance: Charles Bruffy «Rachmaninoff: All-Night Vigil»

Best Opera Recording: Saito Kinen Orchestra; SKF Matsumoto Chorus & SKF Matsumoto Children's Chorus «Ravel: L'Enfant Et Les Sortilèges; Shéhérazade»

Producer of the Year, Classical: Judith Sherman

Best New Age Album: Paul Avgerinos « Grace»

Best Surround Sound Album: Roger Waters «Amused to Death»

Best Orchestral Performance: Boston Symphony Orchestra «Shostakovich: Under Stalin's Shadow - Symphony No. 10»

Best Classical Compendium: Giancarlo Guerrero, Paulus «Three Places of Enlightenment / Veil of Tears & Grand Concerto»

Best Regional Roots Music Album: Jon Cleary « Go Go Juice»

Best Folk Album: Béla Fleck & Abigail Washburn «Béla Fleck and Abigail Washburn»

Best Blues Album: Buddy Guy «Born to Play Guitar»

Best Bluegrass Album: The Steeldrivers «The Muscle Shoals Recordings»

Best Americana Album: Jason Isbell «Something More Than Free»

Best American Roots Song: Jason Isbell «24 Frames»

Best American Roots Performance: Mavis Staples «See That My Grave Is Kept Clean»

Best Tropical Latin Album: Rubén Blades With Roberto Delgado & Orchestra «Son De Panamá»

Best Regional Mexican Music Album (Including Tejano): Los Tigres Del Norte «Realidades - Deluxe Edition»

Best Children's Album: Tim Kubart «Home»

Best World Album: Angélique Kidjo «Sings»

Best Reggae Album: Morgan Heritage «Strictly Roots»

Best Latin Jazz Album: Eliane Elias «Made in Brazil»

Best Large Jazz Ensemble Album: Maria Schneider « The Thompson Fields»

Best Jazz Instrumental Album: John Scofield «Past Present»

Best Jazz Vocal Album: Cécile McLorin Salvant «For One to Love»

Best Surround Sound Album: James Guthrie and Joel Plante «Amused To Death»

Best Remixed Recording, Non-Classical: Mark Ronson feat. Bruno Mars «Uptown Funk (Dave Audé Remix)»

Best Engineered Album, Non-Classical: Alabama Shakes «Sound & Color»

Best Historical Album: Various artists «The Basement Tapes Complete: The Bootleg Series Vol. 11»

Best Boxed or Special Limited Edition Package: Various Artists «The Rise & Fall Of Paramount Records, Volume Two (1928-32)»

Best Album Notes: Joni Mitchell «Love Has Many Faces: A Quartet, A Ballet, Waiting To Be Danced»

Best Recording Package: Sarah Dodds, Shauna Dodds & Dick Reeves; Asleep at the Wheel «Still the King: Celebrating the Music of Bob Wills and His Texas Playboys»

Best Arrangement, Instruments and Vocals: Maria Schneider «Sue (Or In A Season Of Crime)»

Best Arrangement, Instrumental or A Cappella: Avi Kaplin, Kirstin Taylor, Kevin K.O. Olusola; «Dance Of The Sugar Plum Fairy»

Best Instrumental Composition: Arturo O'Farrill and the Afro Latin Jazz Orchestra «The Afro Latin Jazz Suite»

MusiCares Person of the Year: Lionel Richie

(nxp/afp)

Les Grammy Awards sur Twitter

#grammys Tweets!function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?'http':'https';if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+"://platform.twitter.com/widgets.js";fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document,"script","twitter-wjs");

(NewsXpress)

Ton opinion