Nucléaire: Téhéran a autorisé des inspecteurs de l'AIEA à visiter le réacteur d'Arak
Actualisé

NucléaireTéhéran a autorisé des inspecteurs de l'AIEA à visiter le réacteur d'Arak

L'Iran a autorisé des inspecteurs de l'ONU à se rendre sur le site d'un réacteur nucléaire quasiment achevé et a accordé des droits de surveillance plus étendus concernant un autre site nucléaire.

Ces diplomates ont précisé sous couvert d'anonymat que des inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) avaient visité le réacteur d'eau lourde d'Arak la semaine dernière, après une interdiction d'un an.

Par ailleurs, ils ont affirmé que Téhéran avait accédé la semaine dernière à des requêtes de l'AIEA demandant à accroître sa surveillance du site d'enrichissement d'uranium de Natanz. Le site produit des matières pour du combustible nucléaire pouvant ultérieurement être enrichi.

Depuis la révélation de son programme d'enrichissement clandestin il y a plus de six ans, l'Iran a régulièrement renforcé ses activités sur le site souterrain de Natanz, ville située à environ 500km au sud de Téhéran, ignorant dans le même temps trois séries de sanctions des Nations unies et bloquant régulièrement les demandes de visites de l'AIEA.

Dans un rapport datant de juin, l'AIEA affirmait que près de 5.000 centrifugeuses procédaient à l'enrichissement à Natanz, environ un millier de plus qu'au mois de février, date du rapport précédent. Par ailleurs, plus de 2.000 centrifugeuses étaient prêtes à être activées. Un rapport devant être publié dans les prochains jours devrait confirmer l'expansion de l'activité à Natanz. (ap)

Ton opinion