Iran: Téhéran ne sait plus que faire de ses missiles

Actualisé

IranTéhéran ne sait plus que faire de ses missiles

Les Gardiens de la révolution iranienne possèdent tellement de missiles qu'ils ne savent pas où les stocker, a déclaré vendredi un haut responsable militaire.

photo: Keystone/AP/Majid Asgaripour

«Nous manquons d'espace pour stocker nos missiles», a déclaré le général Hossein Salami, numéro deux des Gardiens de la révolution lors de la prière hebdomadaire, sur fond de tensions avec les Etats-Unis à propos des missiles balistiques, au moment où les Etats-Unis menacent d'imposer de nouvelles sanctions à la République islamique.

«Des centaines de longs tunnels sont pleins de missiles prêts à être lancés pour protéger votre intégrité, votre indépendance et votre liberté», a-t-il dit aux fidèles à Téhéran, promettant de ne jamais arrêter de développer «notre défense dissuasive».

La télévision d'Etat iranienne a diffusé en octobre des images inédites d'une telle base sous-terraine abritant des missiles.

Ces propos interviennent après l'annonce par les États-Unis d'une nouvelle série de sanctions économiques --par la suite suspendues-- liées à deux récents essais de missiles par l'Iran.

Ces sanctions financières contre des entreprises et individus en Iran, à Hong Kong et aux Émirats arabes unis qui auraient oeuvré au développement du programme de missiles balistiques de Téhéran, ont mis en lumière la détérioration des relations américano-iraniennes.

Elles ont également mis en péril l'accord historique conclu le 14 juillet entre l'Iran et six grandes puissances, dont les États-Unis, qui doit officiellement entrer en vigueur dans les prochaines semaines.

Le président iranien Hassan Rohani a dénoncé jeudi cette annonce comme «des interventions hostiles et illégales» qui nécessitent une réponse.

Il a ordonné à l'armée d'intensifier son développement de missiles et de prendre toutes les mesures nécessaires pour lancer de nouveaux programmes s'ils permettent d'améliorer la défense du pays.

Après les propos de M. Rohani, la Maison Blanche a décidé de repousser sa décision concernant la mise en place d'éventuelles nouvelles sanctions, selon le Wall Street journal, Washington assurant toutefois que les sanctions concoctées par le Trésor américain «restent sur la table».

Le mois dernier, des experts de l'ONU avaient conclu que les tirs d'essai d'octobre avait été effectués en violation d'une résolution datant de 2010 interdisant l'utilisation par l'Iran de missiles balistiques de peur qu'ils ne soient dotés d'une tête nucléaire.

L'Iran a toujours nié chercher à se doter de l'arme nucléaire et affirme que ses missiles ne sont pas conçus pour supporter une telle bombe.

an/adm/hkb/cmk/mer (afp)

Ton opinion