Télétravail, covoiturage: ces «petits gestes» qui économisent l’énergie 

Publié

Face à la Russie Télétravail, covoiturage: ces «petits gestes» qui économisent l’énergie 

L’Agence internationale de l’énergie et l’UE ont plaidé jeudi pour appliquer des «petits gestes» qui peuvent faire économiser de l’énergie en Europe et réduire la dépendance à la Russie.

Le télétravail figure dans les recommandations de l’AIE pour économiser de l’énergie. 

Le télétravail figure dans les recommandations de l’AIE pour économiser de l’énergie. 

Getty Images

«Nous disons comment les citoyens européens peuvent jouer un rôle, en économisant de l’argent, en réduisant la dépendance à l’énergie russe et en aidant à atteindre nos objectifs climatiques», a expliqué le directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), Fatih Birol, en présentant neuf gestes simples qui peuvent être mis en œuvre au quotidien, lors d’une conférence avec la Commission européenne.

Ajuster le chauffage ou la climatisation, rouler moins vite, télétravailler plus souvent: ces gestes peuvent permettre à un ménage européen d’économiser en moyenne plus de 450 euros (environ 465 fr.) par an et éviter à l’échelle européenne l’utilisation de 220 millions de barils de pétrole par an, selon les deux partenaires. L’AIE suggère ainsi de baisser le chauffage (et d’utiliser moins d’air conditionné l’été), de mieux régler le chauffe-eau ou encore de recourir au télétravail.

Covoiturage, marche, vélo 

Plusieurs conseils concernent la voiture: l’utiliser de façon plus économique (covoiturage, moins de climatisation), lever le pied sur autoroute et la laisser au garage le dimanche quand on habite en ville. L’agence prône enfin la marche ou le vélo pour les trajets courts, l’utilisation des transports publics et le recours au train (plutôt que l’avion) pour les déplacements de moins de 1000 km.

«Ces suggestions sont pratiques, faciles à mettre en œuvre et ont déjà été appliquées à plusieurs reprises dans des contextes différents», a souligné Fatih Birol, faisant référence à la lutte contre les pics de pollution ou les économies mises en œuvre dans les années 1970 face au choc pétrolier.

Crise énergétique globale 

«Nous sommes à mon avis dans la première crise énergétique globale et il semble que cette crise puisse durer un moment», a-t-il mis en garde. L’AIE, qui a déjà publié récemment des plans pour réduire la dépendance européenne au gaz et au pétrole russe, a souligné que c’était aux autorités nationales et locales d’encourager les économies d’énergie.

En Italie, le gouvernement a par exemple lancé une «opération thermostat» et veut faire baisser la climatisation dans les bâtiments cet été. Le ministre luxembourgeois Claude Turmes a plaidé jeudi pour des actions «coordonnées» au niveau européen, par exemple pour les limitations de vitesse ou le contrôle de la température dans les bâtiments publics.

(AFP)

Ton opinion

17 commentaires