Actualisé 15.05.2011 à 11:55

Arrestation de DSK

Témoignage de la plaignante de l'agression

Une femme de chambre âgée de 32 ans a affirmé aux autorités qu'on lui avait demandé de faire le ménage dans la suite du patron du FMI en lui expliquant qu'elle était vide.

La présumée victime a déclaré aux autorités qu'elle était entrée dans la suite qu'occupait Dominique Strauss-Kahn à l'hôtel Sofitel, non loin de Times Square à New York, samedi aux alentours de 16h GMT. Elle a alors été agressée par le directeur général du FMI, a rapporté Paul J. Browne, porte-parole des services de police de New York. La jeune employée a précisé qu'on lui avait demandé de faire le ménage dans la suite (de 3'000 euros la nuit), en lui expliquant qu'elle était vide.

Selon le récit livré par la jeune femme à la police, Dominique Strauss-Kahn est sorti nu de la salle de bains, l'a coincée, l'a poussée dans une chambre et a commencé à l'agresser sexuellement. L'employée a déclaré qu'elle s'était débattue mais qu'il l'avait tirée vers la salle de bains, où il l'aurait forcée à pratiquer une fellation et aurait tenté de lui enlever ses sous-vêtements.

La femme de chambre dit avoir réussi à se libérer et à s'échapper de la chambre avant de raconter au personnel de l'établissement ce qui s'était passé, selon les autorités. La police a été alertée. Des agents sont arrivés à l'hôtel peu après mais Dominique Strauss-Kahn avait déjà quitté l'établissement, laissant sur place son téléphone portable, a précisé Paul J. Browne, observant que l'ancien ministre semblait être parti précipitamment.

La police a découvert que le directeur général du FMI se trouvait à l'aéroport John F. Kennedy et contacté la Port Authority of New York and New Jersey, dont des agents sont allés chercher Dominique Strauss-Kahn, alors qu'il se trouvait à bord de l'appareil en première classe.

La femme de chambre a de son côté été transportée par la police dans un hôpital afin de recevoir des soins pour des blessures mineures. John Sheehan, un porte-parole de l'hôtel, a déclaré que les employés de l'établissement coopéraient dans le cadre de l'enquête.

Des agents de la Port Authority of New York and New Jersey ont prié Dominique Strauss-Kahn de les suivre alors que l'ancien ministre socialiste de l'Economie, possible candidat à la présidentielle française, avait pris place à bord d'un appareil d'Air France à l'aéroport international John F. Kennedy puis l'ont remis à la police samedi après-midi, a déclaré Paul J. Browne, porte-parole des services de police de New York.

L'avion dans lequel avait embarqué Dominique Strauss-Kahn s'apprêtait à décoller à 19h40 GMT.

Il a été officiellement arrêté dimanche à 2h15 locales pour des faits présumés d'agression sexuelle, tentative de viol et séquestration, selon la police.

Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI depuis novembre 2007, devait rencontrer dimanche à Berlin la chancelière allemande Angela Merkel sur l'aide apportée à la Grèce, puis rejoindre les ministres des Finances de l'Union européenne à Bruxelles lundi et mardi.

En octobre 2008, le conseil d'administration du FMI l'avait blanchi d'accusations de favoritisme qui pesaient sur lui après la révélation d'une liaison extraconjugale, selon un communiqué de l'institution. Il était ressorti d'une enquête que la brève liaison entretenue par M. Strauss-Kahn avec une ancienne responsable du département Afrique du FMI, était mutuellement consentie et que le directeur général ne s'était pas rendu coupable de harcèlement sexuel, de favoritisme ou d'abus de pouvoir. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!