Actualisé 08.05.2008 à 20:11

Témoin d'une époque, le skate a droit à son musée

Un Genevois récupère les vieilles
planches pour les exposer à Vernier.

«Je voudrais sauver ce patrimoine des poubelles!» annonce Jim, collectionneur de skateboards. Toute personne qui a un vieux skate qui traîne dans sa cave peut me l'amener ou me contacter.» Ce passionné de planches à roulettes récupère depuis 1995 les vieux skates, et les expose depuis février dans son petit musée au 115 de la route de Vernier.

«Si ces objets n'ont aucune valeur économique, ils ont une grande valeur culturelle, ils sont le témoin d'une époque», raconte-t-il. Les marques laissées sur une planche usée permettent de connaître son histoire. «Je sais ainsi quels tricks (n.d.l.r.: figures) le skater avait l'habitude de réaliser», explique Jim. Autre valeur culturelle: le graphisme.

Certains dessinateurs sont devenus des artistes reconnus, tels les Américains Evan Hecox et Jim Phillips.

Plus de 200 planches sont accrochées au mur du musée de Jim. Sa plus vieille pièce: un skate des années 1960, début du street skating, avec des roues en céramique. «J'aimerais retrouver une board de la marque Blind du skater Jason Lee», avoue Jim.

Si le musée est essentiellement fréquenté par des adeptes de ce sport, les curieux ne sont pas rares. «Un jour, un grand-père est venu avec son petit-fils. Il était fasciné et a posé plein de questions, se rappelle Jim. Ces moments hors du temps donnent un sens à mon travail.» Le collectionneur genevois a déjà exposé ses planches à Zurich en 2005 et à Montana en 2007.

Sabrine Gilliéron

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!