Genève: Tensions apaisées entre motards et Conseil d'Etat

Actualisé

GenèveTensions apaisées entre motards et Conseil d'Etat

La circulation des motos et scooters sur les voies de bus était au coeur d'une rencontre jeudi entre le Canton et des associations. L'automne sera décisif.

par
David Ramseyer
Keystone/Salvatore di Nolfi

Résultats contestés de l'expérience, manifestation de motards, intervention virulente - et critiquée - de l'ex-conseiller d'Etat Luc Barthassat contre son successeur... Le récent arrêt du test de circulation des deux-roues motorisés sur la voie réservée aux transports publics, à la route des Jeunes, a échaudé les esprits. Mais la situation semble s'être calmée. Jeudi dernier, le conseiller d'Etat Serge Dal Busco et quatre associations de motards - Generation2Motards, Toutes en Moto TEM CH, 2roues Suisse (Genève) et Norton Sport Club - se sont entretenus pendant une heure sur le dossier.

Laisser du temps

«L'écoute a été bonne, l'entrevue cordiale et constructive», se félicite Aristos Marcou, porte-parole de Generation2Motards. Certes, nous n'avons pas eu de réponses à nos questions sur les futures mesures concernant l'utilisation des voies de bus, mais c'est normal». Le magistrat chargé du Département des infrastructures (DI) n'est en effet «pas encore complètement au fait du dossier parce qu'il n'est en place que depuis un mois», notent les représentants de deux-roues motorisés. Mais tous disent avoir compris la logique de l'arrêt de l'expérience de la route des Jeunes, fin mai. Un autre test se poursuit, à la route de Ferney.

La discussion avec les motards a eu lieu dans le cadre de multiples rencontres informelles depuis début juin avec tous les acteurs de la mobilité, «pour entendre leurs soucis et leurs priorités», explique Roland Godel, porte-parole du DI. Concernant les voies de bus ouvertes aux motos et aux scooters, l'Etat répète que l'arrêt de l'essai à la route des Jeunes était depuis le départ prévu le 27 mai. «Il ne s'agit pas d'une décision politique anti-moto.»

Pour l'heure, le Département «a pour priorité l'application de la Loi pour une mobilité cohérente», adoptée il y a deux ans par près de 68% des Genevois, «en concertation intelligente et constructive avec tous. Il y a un équilibre à trouver entre les modes de transports, dans le respect de cette loi.»

Plus de clarté exigée

«Il faut arrêter de tous se tirer dessus», relance Joël Vellas. Le président de la section genevoise de 2roues Suisse prône une cohabitation des modes de transports. Y compris sur les voies de bus, mais avec plus de contrôles, lesquels sont «inexistants aujourd'hui». Dans le dossier de l'utilisation des voies TPG par les motos et scooters, il réclame «des décisions et des mesures claires».

Des réponses du Canton sont ainsi attendues cet automne, ce dont se réjouit Aristos Marcou. Il prévient tout de même, sans donner de détail: «En l'absence de mesures concrètes, nous pourrions réagir». Joël Vellas tempère: «Le dialogue et le compromis doivent primer».

Parking sur les trottoirs: ça continue

Le DI n'annonce pas de changement par rapport à la pratique actuelle concernant les deux-roues motorisés stationnés sur les trottoirs, pour autant qu'ils ne gênent pas le passage. "Il faut rester pragmatique, déclare le porte-parole de Serge Dal Busco. Il y a plus de 55'000 engins de ce type à Genève, pour 8000 places de parc. Mais des réflexions sont en cours pour trouver une solution durable et adéquate sur la question du parking." Joël Vellas, de l'association 2Roues Suisse, y compte bien: "De la part des autorités, nous attendons plus de clarté sur ce dossier".

Ton opinion