Actualisé

Tensions électriques autour du squat des Sauges

Une plainte est en cours contre les Services industriels. Motif? Ils ont contrôlé l'électricité dans un squat. Du jamais-vu.

Les employés ont pénétré dans une maison située chemin des Sauges, occupée illégalement par des squatters. «Ils venaient pour contrôler les installations électriques, afin d'éviter des dommages à la propriété et aux personnes», indique le juriste du service. Il a été surpris par cette plainte déposée en juin par les propriétaires des lieux.

Cette affaire a été soulevée mardi, lors du Conseil communal, par une élue A Gauche toute! Elena Torriani a aussi rappelé la condamnation à 45 jours de prison de trois squatters du même lieu. Une peine «étonnante», selon la municipale Silvia Zamora. «C'est un revirement complet de la jurisprudence en la matière.»

La municipale planche sur des solutions de logement destinées aux jeunes en formation. Sur la base d'une liste de plusieurs dizaines de locaux vides, des vérifications sont en cours pour déterminer les espaces habitables. Autre projet: la Fédération des associations d'étudiants pourrait s'organiser en coopérative. La Ville lui confierait la gestion d'un immeuble disposant de logements à prix réduits.

Les autorités devront en tout cas être plus vigilantes sur la question des squats. Et ce à la demande du Conseil communal. La municipalité devra éviter des interventions policières dans des maisons où il n'y a pas eu d'autorisation de permis de démolir ou de construire. Rien de bien nouveau, en réalité. «Il s'agit d'une volonté politique», estime Me Dolivo, avocat des trois squatters des Sauges.

Sophie Roselli

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!