Tensions entre Thaïlande et Cambodge autour d'un second temple frontalier
Actualisé

Tensions entre Thaïlande et Cambodge autour d'un second temple frontalier

Les tensions militaires entre la Thaïlande et le Cambodge, qui ont éclaté le 15 juillet dans une zone disputée près du temple sacré de Preah Vihear, se sont étendues lundi aux ruines d'un second temple frontalier, celui de Ta Muen Thom, ont indiqué des responsables des deux pays.

«Nous avons demandé au Cambodge de retirer ses soldats qui se trouvent près du temple de Ta Muen Thom», a déclaré à l'AFP le général Boonsrang Niumpradit, commandant suprême des forces armées thaïlandaises.A Phnom Penh, le ministre cambodgien de la Défense Tea Banh a indiqué que militaires cambodgiens et civils étaient habituellement autorisés à entrer à Ta Muen Thom mais que des soldats thaïlandais leur avaient barré la route dimanche.«Ils n'ont pas permis à nos troupes d'avancer. C'est la raison du problème», a-t-il dit à l'AFP.Les ruines de Ta Muen Thom se trouvent à plus de 130 kilomètres à l'ouest d'un temple khmer plus connu, celui de Preah Vihear, inscrit en juillet au patrimoine mondial de l'Unesco et autour duquel plus d'un millier de soldats thaïlandais et cambodgiens ont été mobilisés.Comme Preah Vihear, Ta Muen Thom est situé dans une zone frontalière que se disputent depuis des décennies la Thaïlande et le Cambodge.L'inscription de Preah Vihear au patrimoine mondial de l'Unesco a irrité les nationalistes thaïlandais qui avaient oublié que la Cour internationale de justice de La Haye avait décrété en 1962 que ce temple relevait de la souveraineté du Cambodge. L'entrée de troupes thaïlandaises, après des incidents le 15 juillet, dans une zone contestée en contrebas de Preah Vihear avait provoqué une mobilisation côté cambodgien.Les ministres des Affaires étrangères de la Thaïlande et du Cambodge s'étaient rencontrés le 28 juillet à Siem Reap (nord-ouest du Cambodge) et avaient réaffirmé la volonté des deux pays de régler le différend pacifiquement. Ils avaient recommandé à leur gouvernement respectif un redéploiement de troupes pour désamorcer la tension à Preah Vihear, mais aucun retrait n'a été constaté à ce jour.tp/cm/gs/ras/fka

Ton opinion