Après Fukushima: Tepco demande mille milliards de yens à l'Etat
Actualisé

Après FukushimaTepco demande mille milliards de yens à l'Etat

Tepco, opérateur qui gère la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, demande des milliards de yens d'aide d'urgence à l'Etat japonais.

L'opérateur de la centrale nucléaire accidentée Fukushima Daiichi, Tepco, a demandé vendredi une aide publique pour financer une partie de l'indemnisation des victimes. Selon la presse, cette aide pourrait atteindre mille milliards de yens (11,5 milliards de francs) «pour l'instant».

Dans un communiqué, Tepco n'a pas révélé le montant réclamé au «Fonds de versement des indemnités pour les dégâts nucléaires», un fonds mis en place par le gouvernement pour gérer les conséquences de la catastrophe. Il a précisé que le chiffre resterait secret jusqu'à ce qu'il soit approuvé par le gouvernement.

Toutefois, certains journaux ont annoncé que l'aide pourrait atteindre mille milliards de yens. Le quotidien Yomiuri Shimbun a rapporté que Tepco avait besoin de cette somme «pour l'instant», laissant entendre que la compagnie pourrait réclamer encore l'aide de l'Etat à l'avenir pour indemniser des dizaines de milliers de personnes et d'entreprises touchées par la catastrophe.

Vaste restructuration

Un panel d'experts mandatés par le gouvernement a estimé à quelque 4540 milliards de yens le montant des compensations que Tepco devra verser d'ici à mars 2013.

Conformément aux attentes des pouvoirs publics, l'opérateur a aussi présenté au gouvernement un plan de restructuration comprenant des réductions de coûts et des ventes d'actifs. Le panel d'experts avait jugé possibles des économies d'au moins 2500 milliards de yens en dix ans.

Le ministère de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie (Meti), chargé de l'industrie nucléaire, doit rendre son avis sur la demande d'aide et le plan de restructuration de Tepco début novembre, ont précisé les médias.

Limiter les rejets radioactifs

Dans le même temps, Tepco a annoncé vendredi avoir achevé les travaux de couverture du réacteur un, afin de limiter les rejets radioactifs.

Les techniciens ont oeuvré masqués et en combinaisons spéciales pendant plus de cinq mois pour mettre en place une structure et des panneaux reconstituant quasiment, dans un matériau différent, le bâtiment qui a été soufflé en mars par une explosion due à l'accumulation d'hydrogène au-dessus du réacteur.

Il s'agit d'une nouvelle avancée importante dans le but d'atteindre la situation stable dite «d'arrêt à froid» prévue d'ici à la fin de l'année ou en janvier. Il faudra ensuite plus de trente ans pour démanteler le site, selon les estimations d'un comité de spécialistes réunis par le gouvernement.

Trois des six réacteurs de la centrale Fukushima Daiichi ont été endommagés, de même que la piscine du quatrième, après la rupture de leur alimentation électrique et l'arrêt de leur système de refroidissement, accidents provoqués par le séisme et le tsunami du 11 mars dans le nord-est. Selon les experts, le combustible qu'ils contenaient a fondu et est tombé au fond de la cuve. (ats)

Ton opinion