Actualisé 02.02.2015 à 21:00

Etats-Unis«Terrific Tom» ne cesse de repousser les limites

New England a remporté le 49e Super Bowl, dimanche, en écartant Seattle 28-24. MVP de la rencontre, Tom Brady a décroché son 4e titre.

von
Marc Fragnière
1 / 58
03.02 La finale du championnat de football américain a été suivie dimanche par 114,4 millions de téléspectateurs, annonce lundi le réseau NBC en se fondant sur les chiffres fournis par la société Nielsen.

03.02 La finale du championnat de football américain a été suivie dimanche par 114,4 millions de téléspectateurs, annonce lundi le réseau NBC en se fondant sur les chiffres fournis par la société Nielsen.

Keystone/AP/Shizuo Kambayashi
Tom Brady a désormais remporté quatre éditions du Super Bowl (2001, 2003, 2004, 2014).

Tom Brady a désormais remporté quatre éditions du Super Bowl (2001, 2003, 2004, 2014).

AFP/Ronald Martinez
Il égale ainsi Joe Montana et Terry Bradshaw, les deux seuls quaterbacks à avoir soulevé à quatre reprises le prestigieux trophée.

Il égale ainsi Joe Montana et Terry Bradshaw, les deux seuls quaterbacks à avoir soulevé à quatre reprises le prestigieux trophée.

AFP/tom Pennington

A 37 ans, le quarterback des ­Patriots n'en finit pas de marquer l'histoire de la NFL. Auteur de quatre passes de touch­down dimanche, il a ainsi rejoint son idole Joe Montana et Terry Bradshaw dans le club restreint des passeurs à avoir obtenu quatre titres.

Tom Brady a même dépassé Montana au nombre de passes de touchdown au Super Bowl, devenant le seul à en compiler treize. Suffisant pour être désigné MVP du «Big Game» pour la 3e fois en six participations.

Au-delà des statistiques, Tom Brady a marqué les esprits dans une rencontre très disputée et mal embarquée pour ses «Pats» puisque les Seahawks menaient 24-14 à 10 minutes du terme. Le quarterback a alors fait honneur à sa réputation. Il a gardé la tête froide lors de deux «drives» magistraux, délivrant deux passes de touch­down et permettant aux siens de prendre les commandes.

Dans cette rencontre à couper le souffle, l'abnégation du mari du top model Gisele Bünd­chen aurait toutefois été vaine sans l'exploit du cornerback Malcolm Butler sur sa propre ligne, à 20 secondes du terme (lire ci-dessous), alors que rien ne semblait pouvoir empêcher Seattle de défendre le titre conquis l'an dernier. Mais nul doute que le choix du staff des Seahawks de jouer la passe dans cette position au détriment d'un schéma au sol avec Marshawn Lynch, le meilleur coureur de la ligue, fera encore couler beaucoup d'encre

La fameuse interception de la dernière minute:

Il a vécu le vrai rêve américain

Le remplaçant Malcolm Butler, 24 ans, est passé de l'ombre à la lumière en quelques instants. Au cours d'une soirée qui restera gravée à jamais dans sa mémoire, il a d'abord connu le froid. Lorsque Jermaine Kearse, à 1' de la fin du 4e quart, s'est joué de son marquage pourtant serré pour réussir une action d'anthologie, le ciel lui est tombé sur la tête. Extrêmement chanceux, le receveur des Seahawks avait capté (en quatre soubresauts) une passe de 33 yards qui aurait pu, et dû, constituer le tournant du match. Mais dans un sursaut de génie, Butler a connu le chaud quelques secondes plus tard en devenant le héros de ce Super Bowl. Snobé par la NFL et non drafté en mai dernier, le rookie a jailli sur une passe de Russell Wilson pour réaliser l'interception décisive. Une action qui a propulsé les Patriots sur le toit de la NFL et offert à son auteur une place dans les annales.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!