Actualisé 17.05.2017 à 10:34

Vaud

Tests de médicaments non autorisés sous la loupe

Des produits non homologués ont-ils été utilisés dans des instituts psy vaudois entre 1940 et 1980? Des députés veulent que le Conseil d'Etat se penche sur la question.

AFP

Après la révélation de tests de médicaments non homologués sur des patients, notamment à Bâle entre 1950 et 1970, le sujet fait surface au Grand Conseil vaudois. Des députés ont signé un postulat demandant au gouvernement de faire le point sur la situation dans le canton.

Le texte, déposé par Jean-Michel Dolivo (solidaritéS) et renvoyé en commission, demande au Conseil d'Etat qu'un rapport soit établi sur la réalisation d'éventuels tests de médicaments non autorisés sur des patients traités dans les cliniques psychiatriques vaudoises entre 1940 et 1980.

Les signataires souhaitent qu'un tel rapport soit réalisé sur la base des archives des institutions ainsi que des entreprises pharmaceutiques, entre autres.

Essais à Bâle

Le postulat évoque plusieurs précédents, essentiellement outre-Sarine. Une étude de l'Université de Berne concluait récemment que la Clinique psychiatrique universitaire de Bâle (PUK) a testé des médicaments non homologués sur des patients entre les années 1950 et 1970.

Selon l'étude, réalisée à la demande des Cliniques universitaires psychiatriques de Bâle, plus de 1000 patients ont été concernés par ces essais avec des produits non homologués. On ne sait pas si les patients étaient informés de la nature des substances qui leur étaient administrées.

Une recherche de plus grande ampleur est menée à la clinique psychiatrique de Münsterlingen (TG). Ses conclusions sont attendues pour fin 2018. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!