Genève: Tests pilotes de cannabis: aussi pour les mineurs?
Publié

GenèveTests pilotes de cannabis: aussi pour les mineurs?

La consultation fédérale pour ouvrir la voie à des essais sur la vente de cannabis s'est terminée jeudi. Elle a réuni un large consensus.

par
Léonard Boissonnas
La politique répressive a échoué, selon les autorités.

La politique répressive a échoué, selon les autorités.

iStock

«C'est une réalité sociale qui concerne aussi les mineurs. Le Conseil d'Etat n'entend pas pratiquer la politique de l'autruche», a déclaré le président de l'Exécutif genevois, Antonio Hodgers, en évoquant la réponse donnée à Berne, lors d'un point presse la semaine passée.

Le Canton s'est dit favorable à un projet de modification de loi du Conseil fédéral pour autoriser des essais pilotes avec du cannabis. Le but est d'étudier scientifiquement, et à titre expérimental, la vente légale de ce produit et ses effets, notamment sur la santé et la sécurité publiques.

Consommateurs réguliers dès 14-16 ans

Toutefois, si le texte proposé par la Confédération veut réserver ces tests aux adultes, Genève préconise, entre autres, de les ouvrir aux moins de 18 ans: «La première exposition au cannabis est à l'adolescence», relate le professeur Jacques-André Romand, médecin cantonal à la Direction générale de la santé genevoise.

«On sait que l'interdiction n'est pas efficace, poursuit-il. Des études montrent que certains consomment régulièrement du cannabis dès 14-16 ans. En termes de santé publique, ce serait important de les inclure dans les études. Si on met trop de cautèle, ces essais ne serviraient pas à grand-chose.»

Seulement les cas problématiques

Mais attention, l'idée n'est pas d'attendre des élèves de 12 ans à la sortie de l'école pour leur donner du cannabis, prévient Jacques-André Romand: «Cela ne concernerait que les jeunes consommateurs problématiques.»

Les résultats de la consultation doivent encore être étudiés par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), qui réfléchira aux modifications demandées. Puis ce sera au tour du Conseil fédéral d'avaliser la modification de loi. Le Parlement fédéral pourrait se prononcer à l'horizon 2020.

Peu d'oppositions

La consultation du gouvernement a pris fin jeudi. La modification de loi a séduit les organisations de prévention des addictions et les partis politiques, sauf l'UDC. Celle-ci s'oppose à des tentatives de libéralisation au prétexte de buts scientifiques. Le PLR rappelle que la Suisse a toujours eu un rôle pionnier en la matière. Excepté Berne, les Cantons ont approuvé le projet.

Des essais limités

Les tests pilotes seraient menés sur une période de cinq ans. Le nombre de participants par projet de recherche serait limité à 5000. Chaque candidat devrait déjà avoir consommé. Il pourrait se procurer jusqu'à 10 grammes de cannabis pur par mois. La consommation serait interdite sur la voie publique. Les prix ne devraient pas excéder ceux du marché noir, soit entre 10 et 15fr. le gramme en moyenne en Suisse.

Ton opinion