Actualisé 23.08.2008 à 10:38

Politique

Texte sur la sécurité publique: les jeunes PS n'en veulent pas

Les jeunes socialistes ne veulent pas du papier de position sur la sécurité publique concocté par le PS.

Réunis vendredi soir, ils ont décidé de demander son retrait et, «par manque de temps», renoncent à un contre-projet.

Dans sa forme actuelle, ce papier ne passera sûrement pas, a indiqué samedi à l'ATS le président de la Jeunesse socialiste (JS) Cédric Wermuth. Il confirmait une information de la radio DRS.

Le document, rédigé par une commission placée sous la direction de la conseillère nationale bernoise Evi Allemann, sera présenté à la base socialiste lors du congrès des 25 et 26 octobre. Il devra faire face à de nombreuses oppositions.

Au terme de leur séance, les JS se sont entretenus avec le président du PS Christian Levrat afin de discuter des points litigieux. Celui-ci continue à soutenir le papier mais il annoncé que les éléments critiqués seraient discutés au sein de la direction du parti.

«Un raté»

En juillet, M. Levrat avait notamment déclaré son opposition à titre personnel à l'introduction de peines privatives de liberté pour les jeunes de moins de 15 ans. C'est une des propositions qui y sont faites.

Le vice-président du groupe socialiste aux Chambres fédérales Andrea Hämmerle a pour sa part estimé que ce papier de position est «un raté». Le Grison reproche à ses auteurs d'avoir suivi l'UDC non seulement dans son vocabulaire mais aussi dans ses propositions.

La direction du parti a présenté le papier de position à la fin juin. Il demande entre autres une augmentation de la présence policière, une utilisation de la surveillance vidéo dans des endroits stratégiques, une interdiction de la mendicité organisée et plus de sévérité envers les personnes violentes ainsi que les étrangers criminels.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!