The Servant: «Le public suisse est déchaîné!»
Actualisé

The Servant: «Le public suisse est déchaîné!»

Le leader du groupe The Servant, Dan Black, a donné hier un showcase à la Fnac, accompagné du bassiste Matt Fisher. Interview express.

– Vous vous êtes produits plusieurs fois en Suisse. Comment trouvez-vous le public?

– Super! On dit que les Suisses sont réservés, mais en réalité ils se lâchent dans les concerts!

– Votre vie privée a-t-elle inspiré le titre de votre nouvel album, «How To Destroy A Relationship»?

– Bien sûr. La plupart des chansons que j'écris parlent de ce que j'ai vécu.

– Est-ce que vous quatre êtes toujours d'accord?

– Oh non! On se dispute tout le temps et à propos de tout! Nous avons les quatre un fort tempérament. Mais, quand on est en tournée, tout se passe bien.

– Comment gérez-vous cette soudaine célébrité?

– Nous prenons des drogues! Non, je plaisante! En fait on n'est pas si célèbres et on ne se fait pas embêter dans la rue.

– Est-ce difficile de gagner sa vie avec la musique aujourd'hui?

– Oui, très dur! Mais notre but n'est pas de devenir riches! Nous voulons juste prendre du plaisir sur scène et que les gens apprécient notre musique.

Caroline Goldschmid

The Servant sera présent ce soir à la Fnac de Lausanne à 17 h 30 et au Festival Metropop à Lausanne le 11 novembre prochain

Ton opinion