Saint-Gall: Thisiam devra prendre des cours d'éducation sexuelle
Actualisé

Saint-GallThisiam devra prendre des cours d'éducation sexuelle

Un éléphant, pensionnaire du zoo des enfants Knie de Rapperswil (SG), ne remplit pas ses tâches de reproducteur. Une aide sexuelle pourrait venir à son secours.

par
lad/jbm
1 / 4
Thisiam vit au zoo de Rapperswil depuis août 2015. Il a pourtant un problème.

Thisiam vit au zoo de Rapperswil depuis août 2015. Il a pourtant un problème.

Knies Kinderzoo
Il ne sait pas comment s'y prendre avec les femelles. Agé de 18 ans, il a vécu seul dix ans durant dans un zoo polonais. Ce qui a créé une grave lacune dans son éducation sexuelle.

Il ne sait pas comment s'y prendre avec les femelles. Agé de 18 ans, il a vécu seul dix ans durant dans un zoo polonais. Ce qui a créé une grave lacune dans son éducation sexuelle.

Knies Kinderzoo
Le mâle a pourtant le choix d'au moins 4 femelles.

Le mâle a pourtant le choix d'au moins 4 femelles.

Knies Kinderzoo

«Si Thisiam n'a pas réussi à féconder une éléphante d'ici au printemps prochain, nous allons devoir prendre des mesures et trouver un second mâle», déclare le directeur du zoo Knie des enfants de Rapperswil et spécialiste des éléphants, Franco Knie. Cette concurrence pourrait le motiver.

La dernière naissance d'un éléphanteau au zoo de Rapperswil remonte à quatre ans. De gros espoirs avaient été mis dans Thisiam, un mâle âgé de 18 ans.

Il a besoin de prendre son temps

Thisiam est arrivé le 3 août 2015 au zoo des enfants Knie. «La plupart des autres zoos ne le voulaient pas, commente Franco Knie. Nous l'avons gentiment accueilli dans notre enclos appelé «Himmapan».

Depuis son arrivée, on attend qu'il s'accouple avec l'une ou l'autre de ses quatre prétendantes. Mais il semble que Monsieur ne sait pas comment s'y prendre avec les dames. La raison est simple, indique le spécialiste: «Thisiam a passé plus de dix ans tout seul en Pologne. Il n'est pas habitué à vivre en société.»

Du porno animalier pour l'aider

Accueillir un autre mâle serait une solution. «Thisiam pourrait apprendre en regardant un autre faire. Dans la nature, c'est comme cela que ça se passe. Mais notre pensionnaire n'a pas eu cette chance jusqu'à présent.»

En Chine, une institution qui s'occupe d'élevage de pandas a trouvé une autre solution pour motiver ses pensionnaires à se reproduire. Des vidéos montrant des pandas en train de s'accoupler ont été montrées à leurs congénères ignorants. Cette consommation quotidienne de «porno» a eu l'effet escompté. Les «animaux spectateurs» ont reproduit ce qu'ils avaient vu sur les images et ils ont eu des descendants.

Un spécialiste explique qu'une insémination artificielle pourrait être effectuée. Mais il s'agit d'une procédure compliquée, entre autres pour collecter la semence du mâle. De plus, cette manière de faire pose des questions éthiques.

Ton opinion