Grand Prix d'Italie moto: Thomas Lüthi prend la sixième place
Actualisé

Grand Prix d'Italie motoThomas Lüthi prend la sixième place

Thomas Lüthi a redressé la barre, lors du Grand Prix d'Italie de Moto2. Le Bernois a fini 6e sur le circuit du Mugello.

Le Bernois a effectué une incroyable remontée.

Le Bernois a effectué une incroyable remontée.

Le pilote Suter s'est offert une folle remontée après avoir été largué lors des essais qualificatifs (24e) à la suite d'un mauvais choix stratégique. «Effectuer une telle course était important pour moi, car le début du week-end avait été diablement compliqué. Je pense qu'aujourd'hui, la machine avait le rythme pour monter sur le podium. Mais en partant de si loin, cette sixième place constitue un résultat optimal.»

De la huitième ligne au feu vert, Lüthi est revenu jusqu'au sixième rang au drapeau à damier, réussissant quelques dépassements de toute beauté. «Cela a été une belle bagarre tout au long de l'épreuve, notamment face à Max Neukirchner (All/Honda) et Kenan Sofuoglu (Tur/Suter) dans les dernières rondes», a souri le pilote de Linden.

«Nous ne nous attendions pas à un tel résultat», s'est pour sa part félicité Daniel Epp. «Le départ n'a pas été bon, les premiers tours de roue non plus, mais ensuite Thomas a eu un véritable déclic. On espère que cela donnera le ton pour la suite de la saison et offrira à l'équipe un nouveau souffle. Il faudra confirmer ce résultat lors du Grand Prix d'Allemagne dans deux semaines sur le Sachsenring», a ajouté le chef de l'équipe du Bernois.

Aegerter enfin dans les points

Dominique Aegerter (Suter) a lui aussi réussi un superbe «come-back». Trentième sur la grille de départ, l'«autre» Bernois de l'antichambre de l'élite a finalement inscrit les cinq unités de la onzième place. «Ces points sont très importants pour moi, dans la mesure où je n'avais pas réussi à 'scorer' lors des trois derniers GP. C'est vraiment bon pour la confiance», a lâché Aegerter.

Il a profité de la bonne tenue de sa moto sur sol sec pour revenir dans le top 15. «La veille, sous la pluie, je n'avais pas de bonnes sensations. Mais aujourd'hui (réd: dimanche), j'allais vraiment vite. J'espère continuer ainsi pour remplir mon objectif de la saison: terminer parmi les dix meilleurs du championnat (réd: il est actuellement 16e).»

Randy Krummenacher (13e) figure quant à lui dans le rang des déçus. Le Zurichois et sa Kalex avaient fait naître de hautes ambitions en s'élançant de la deuxième ligne.

Le jeune prodige Marc Marquez (Suter) a remporté cette épreuve de Moto2. L'Espagnol a ainsi grignoté quelques points au large leader du championnat Stefan Bradl (2e/All/Kalex).

Pedone déçu

Très à son aise lors du warm-up matinal (12e temps) des 125 cm3, Giulian Pedone (23e/Aprilia) n'a pas réussi à confirmer en course, connaissant des problèmes à la roue avant. Le Neuchâtelois, 31e sur la grille, a profité de quelques abandons pour grimper au classement sans toutefois entrevoir le tant convoité top 15.

La victoire de la classe biberon a été âprement disputée entre les deux meilleurs éléments du plateau actuel. Au final, c'est le leader du championnat du monde Nicolas Terol (Aprilia) qui l'a emporté. L'Espagnol s'est imposé dans la dernière ligne droite devant le Français Johann Zarco (Fr/Derbi).

GP d'Italie Lorenzo relance le championnat

Jorge Lorenzo (Yamaha) a relancé le championnat du monde des MotoGP. Lors du Grand Prix d'Italie, l'Espagnol a battu l'actuel leader Casey Stoner (3e/Aus/Honda).

Le champion du monde en titre est ainsi revenu à 19 unités de son rival au classement général. Dominé quasiment tout au long du week-end, le Majorquin a doublé Stoner à six tours du but, avant de le lâcher purement et simplement. L'Australien s'est encore incliné par la suite devant son coéquipier Andrea Dovizioso (It), qui a fait fi de la course d'équipe.

Le mariage entre Ducati et Valentino Rossi n'a pas été fêté avec les honneurs dus aux rangs de ces deux mythes en Toscane. Pour son premier Grand Prix national au guidon d'une machine italienne, le «Docteur» n'a pas réussi le miracle attendu par près de 100'000 tifosi, terminant au 6e rang.

Le nonuple champion du monde a toutefois lutté avec vaillance et enflammé son public, tirant le maximum d'une machine rétive depuis le début de l'exercice.

Ton opinion