Actualisé

Sidérurgie ThyssenKrupp vire au rouge

Le groupe sidérurgique ThyssenKrupp n'a pas enregistré de bons résultats au premier trimestre en raison d'une chute importante des demandes.

Le conglomérat industriel allemand ThyssenKrupp a inscrit une lourde perte au premier trimestre de son exercice 2011/ 2012, selon des chiffres publiés mardi. Ceux-ci reflètent la baisse de la demande dans ses activités de sidérurgie et les coûts liés à deux nouvelles usines.

La perte nette trimestrielle part du groupe s'est élevée à 460 millions d'euros (556 millions de francs), contre un bénéfice de 142 millions d'euros entre octobre et décembre 2010.

Ne prenant en compte que les activités appelées à rester dans le giron du groupe, la perte nette atteint 172 millions d'euros, précise ThyssenKrupp, embarqué dans une vaste restructuration et qui vient d'annoncer la cession de ses activités d'aciers inoxydables au finlandais Outokumpu.

Il n'en reste pas moins que le premier trimestre 2011/2012 a été «faible au niveau conjoncturel», selon un communiqué. Les activités de matériaux, c'est-à-dire essentiellement l'acier, ont vu «un recul des volumes, les clients se montrant prudents du fait des incertitudes liées à la crise de la dette» en zone Euro.

Tous les segments en recul

ThyssenKrupp, numéro un allemand de l'acier, fabrique aussi des sous-marins et des ascenseurs, et offre des services industriels, autant d'activités qui ont relativement bien résisté au niveau des commandes. Mais à l'exception de la filiale de services aux sites industriels, tous les segments ont inscrit un bénéfice d'exploitation en recul sur un an.

Comme les trimestres précédents, les résultats de ThyssenKrupp portent la marque de l'explosion des coûts dans deux nouvelles usines d'acier, une aux Etats-Unis et une au Brésil, véritables gouffres financiers qui plombent la division Steel Americas.

Le groupe a renoncé dans l'immédiat à faire une prévision de résultat pour l'exercice, invoquant «la situation économique globale incertaine». Il assure toutefois que le premier trimestre n'est «pas représentatif pour l'année». La situation devrait notamment s'améliorer chez Steel Americas, alors que la production dans les deux nouveaux sites atteint progressivement sa pleine capacité.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!