Publié

Emmanuel Macron à Olivier Véran«Tiens bon, on les aura ces connards»

Vertement critiqué pour sa gestion de la crise sanitaire, le ministre français de la Santé a reçu un SMS pour le moins direct du président de la République.

Emmanuel Macron n’a pas l’intention de lâcher son ministre de la Santé.

Emmanuel Macron n’a pas l’intention de lâcher son ministre de la Santé.

AFP

Le gouvernement français est plus que jamais sous pression en ce début d’année, alors que la campagne de vaccination a pris un retard considérable. Au centre de la polémique, Olivier Véran essuie une pluie de critiques venant de l’opposition et des rumeurs de plus en plus insistantes annoncent un limogeage imminent. Même au sein de son propre camp, le ministre de la Santé n’est pas épargné: «Il est fini. Il restera comme l’homme d’un échec», estime notamment un de ses détracteurs.

Emmanuel Macron lui-même n’y est pas allé avec le dos de la cuillère. Le 3 janvier en effet, le «JDD» relayait le coup de gueule du président de la République, ulcéré par le cafouillage de la campagne de vaccination. «Le président n’est pas content du tout, c’est trop lent», confiait alors une source proche de l’Élysée. Cette sortie médiatique, – «dûment orchestrée par l’Élysée pour mettre en scène l’ire présidentielle» selon «Le Point» – a écorné encore davantage l’image d’Olivier Véran.

«C’est quoi ce truc?»

Pourtant, Emmanuel Macron a tenu à réaffirmer son soutien à son ministre, via un SMS pour le moins direct: «Tiens bon, on les aura ces connards», aurait écrit le chef de l’État, sans que l’on sache précisément à qui il faisait référence. Ce n’est visiblement pas contre Olivier Véran qu’Emmanuel Macron est remonté, mais contre la Haute Autorité de Santé. Le président français serait d’ailleurs entré dans une colère noire lors d’une récente réunion de crise à l’Élysée.

Cible de son courroux, un livret de 45 pages sur la vaccination destinée aux directeurs d’EMS et d’unités de soins de longue durée. «C’est quoi ce truc? Qui a écrit ça? Les Français nous prennent pour des fous! Je veux qu’on accélère vraiment sur les vaccins. Je ne comprends pas pourquoi on impose une consultation médicale avant, faites-moi sauter ça!» aurait-il tempêté.

(joc)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!