Hockey sur glace: Tim Kast: «Aux Vernets, on ne se sent pas invincibles»
Actualisé

Hockey sur glaceTim Kast: «Aux Vernets, on ne se sent pas invincibles»

Même si Ge/Servette a obtenu contre Davos son septième succès consécutif à domicile, l'attaquant des Grenat ne s'emballe pas.

par
Christian Maillard et Grégoire Surdez
Tim Kast, au milieu de la troisième ligne, était en feu vendredi soir.

Tim Kast, au milieu de la troisième ligne, était en feu vendredi soir.

LAFARGUE

Ge/Servette poursuit sa marche en avant aux Vernets. Sept matches, sept victoires. Reste que face à Davos, les Aigles ont mis tu temps avant de s'envoler. Quatre à un, le score est flatteur. Une fois n'est pas coutume, ce sont la troisième et la quatrième lignes qui ont fait la différence, avec deux buts de John Fritsche, un de Floran Douay et un de Tim Kast. Ce dernier, qui n'avait pas encore marqué depuis son retour aux Vernets, l'a accueilli comme un soulagement. L'attaquant genevois revient sur cette nouvelle victoire à domicile, saluée comme il se doit par un public aux anges, rappelant notamment sur la glace Chris McSorley, qui a redonné du plaisir à son vestiaire et à toute la patinoire.

Timothy Kast, ce vendredi aux Vernets, la rencontre a basculé de votre côté grâce au rôle décisif de joueurs de l'ombre dans la troisième et quatrième ligne, dont vous faites également partie, non?

Oui, mais c'est aussi notre rôle dans cette équipe. Jusqu'à maintenant, on travaillait dur en se créant passablement d'opportunités. Mais nous n'avions pas eu les rebonds favorables. Dans la quatrième ligne, John Fritche a marqué deux buts assez magnifiques. C'est bénéfique pour tout le groupe de savoir qu'on peut compter sur tout le monde pour engranger des points, surtout, comme ce soir, quand le power-play ne fonctionne pas, ce qui nous aurait permis d'ailleurs de tuer le match beaucoup plus tôt.

A domicile, vous sentez-vous vraiment invincibles?

Je ne crois pas qu'on se sent invincible chez nous. Le score ne reflète d'ailleurs pas la physionomie du match, car Davos nous a vraiment posé des problèmes et cette rencontre aurait très bien pu tourner de l'autre côté. C'est une formation qui met beaucoup de vitesse, qui se crée pas mal d'occasions et qui ne te laisse pas respirer. Cela n'a pas été évident de la contenir. On a eu aussi un peu de réussite avec un Gauthier Descloux qui a très bien joué dans sa cage.

Dimanche vous allez à Zoug affronter Academy, une équipe de Swiss League, pour le compte de la Coupe. Et mardi à Rapperswil face au cancre du championnat. A priori ce sont deux matches faciles mais qui ne le seront pas car vous ne serez plus à la maison...

Vous avez raison, il ne faut pas le cacher, cela va être très compliqué. Tout d'abord, cette formation de Zoug Academy est composée de joueurs qui cravachent pour se faire une place en National League. Ils vont avoir à coeur de rivaliser avec nous. Comme à Rapperswil, si on les prend de haut, on risque d'être surpris. Il ne faudra pas leur donner d'espoir en leur laissant trop d'opportunités. A nous de se rendre là-bas avec le même sérieux qu'on aborde nos matches à la maison.

Faites-vous un complexe une fois que vous passez la Versoix?

Non, pas du tout. On aborde tous nos matches de la même manière sauf que sur notre patinoire, nos repères sont meilleurs et les rebonds sont moins défavorables qu'à l'extérieur. On doit vraiment être prêts dès les premières minutes à marquer ce premier but si important quand tu es sur la route car il te donne de l'élan et de la confiance dans la partie.

Quel regard portez-vous sur Jack Skille et Daniel Winnik, les deux derniers arrivés? On a le sentiment qu'ils vont vous aider à le marquer ce premier but à l'extérieur...

Ce sont deux attaquants que le coach recherchait. Ce ne seront pas les plus gros snipers de la ligue, mais ils seront là pour nous aider. Chris McSorley essaie de construire son équipe ainsi avec un peu de tout et surtout des gros qui font de la place devant le but et habile avec la canne. Une fois que Skille et Winnik auront trouver leur rythme de croisière, avec Tanner Richard au milieu, cette ligne sera également très dangereuse.

Ton opinion