Tennis - Timea Bacsinszky prend sa retraite
Publié

TennisTimea Bacsinszky prend sa retraite

A 32 ans, la Lausannoise a choisi de ranger ses raquettes. Son palmarès est le plus beau de l’histoire du tennis féminin romand.

par
Sport-Center
1 / 10
23 avril 2006, Tokyo: elle tombe dans les bras de son coach Severin Lüthi après avoir battu la Japonaise Shinobu Asagoe 6-2 6-2 au premier tour de la FedCup.

23 avril 2006, Tokyo: elle tombe dans les bras de son coach Severin Lüthi après avoir battu la Japonaise Shinobu Asagoe 6-2 6-2 au premier tour de la FedCup.

AFP
7 février 2009, Zurich: elle s’incline 0-6 4-6 face à l’Allemande Sabine Lisicki au 1er tour de la FedCup.

7 février 2009, Zurich: elle s’incline 0-6 4-6 face à l’Allemande Sabine Lisicki au 1er tour de la FedCup.

AFP
25 mars 2010, Miami: elle bat la Chinoise Na Li (11e joueuse mondiale) au 2e tour du tournoi de Key Biscayne.

25 mars 2010, Miami: elle bat la Chinoise Na Li (11e joueuse mondiale) au 2e tour du tournoi de Key Biscayne.

AFP

Timea Bacsinszky (32 ans) l’a annoncé ce vendredi matin sur Instagram: elle a décidé de mettre un terme à sa carrière professionnelle, amorcée en 2003.

La Vaudoise, qui était éloignée des courts depuis 22 mois pour des raisons médicales (douleurs dorsales), avait rétrogradé au 517e rang du classement de la WTA dominé par l’Australienne Ashleigh Barty. Son dernier match sur le circuit reste une défaite en deux sets contre l’Américaine Kristie Ahn, le 16 septembre 2019 à Séoul (6-0 6-0).

Elle range cependant ses raquettes avec le plus beau palmarès de l’histoire du tennis féminin romand, riche de quatre titres en simple. En 2009 à Luxembourg, en 2015 à Acapulco et à Monterrey, ainsi qu’en 2016 à Rabat.

«Cher Tennis Professionnel, petite fille, jamais je n’aurais pu imaginer accomplir tant de belles choses à travers toi, vivre tant d’émotions, apprendre tant de choses, notamment sur moi, mais sur le monde aussi. Tu as été la plus belle école de vie qui soit et je ne te remercierai jamais assez pour ça», écrit-elle notamment.

«Aujourd’hui, il est temps pour moi de tourner la page, et d’en écrire de nouvelles, qui je l’espère seront aussi intenses», poursuit-elle. «Je me retire aujourd’hui du sport professionnel, conclut-elle, mais je n’oublierai jamais les étoiles que j’ai pu avoir dans les yeux.»

Son post est accompagné d’une photo d’elle petite fille, frappant – déjà – un revers à deux mains.

Le 16 mai 2016, Timea Bacsinszky s’était hissée au 9e rang de la hiérarchie mondiale, sa meilleure place en carrière.

En Grand Chelem, elle avait obtenu ses meilleurs résultats à Roland-Garros. En 2015 et en 2017, son périple s’était arrêté en demi-finales. Elle avait également connu un formidable parcours en 2015 à Wimbledon, où elle avait disputé les quarts de finale.

Sur le circuit WTA, elle a livré 668 matches et en a remporté 422. Des performances qui lui ont permis de cumuler 6,6 millions de dollars de gain (6 millions de francs).

La Lausannoise a aussi fait chavirer les cœurs patriotes lors d’aventures en Fed Cup, dont celle de 2016 qui s’était soldée par une défaite contre la République tchèque en demi-finale à Lucerne (2-3).

La même année, elle s’était parée de la médaille d’argent aux Jeux olympiques de Rio. Associée à Martina Hingis dans la compétition de double, elle n’avait été battue qu’en finale par les Russes Ekaterina Makarova et Elena Vesnina.

Ton opinion

68 commentaires