Roland-Garros: Timea jouera en ouverture sur le Lenglen
Actualisé

Roland-GarrosTimea jouera en ouverture sur le Lenglen

Les rencontres des Vaudois se joueront toutes les deux sur le court Suzanne-Lenglen. Bacsinszky jouera à 11h tandis que Wawrinka sera en lice aux alentours de 15h.

1 / 60
Keystone
Le soulagement de Novak Djokovic, vainqueur à Roland-Garros du seul titre qu'il lui manquait (Dimanche 5 juin 2016).

Le soulagement de Novak Djokovic, vainqueur à Roland-Garros du seul titre qu'il lui manquait (Dimanche 5 juin 2016).

Keystone
L'Espagnole Garbine Muguruza pose avec le trophée de Roland-Garros Place de La Concorde à Paris (Dimanche 5 juin 2016)

L'Espagnole Garbine Muguruza pose avec le trophée de Roland-Garros Place de La Concorde à Paris (Dimanche 5 juin 2016)

Keystone

La pluie continue de pourrir l'édition 2016 de Roland-Garros. Quasiment tous les matches programmés mardi ont été annulés ou interrompus.

Stan Wawrinka - en quart de finale contre l'Espagnol Albert Ramos-Viñolas - et Timea Bacsinszky - en 8e face à l'Américaine Venus Williams - ont été parmi ceux qui n'ont même pas pu taper une balle. Les matches des deux Vaudois ont été reprogrammés mercredi: Bacsinszky jouera à 11h sur le Suzanne-Lenglen, tandis que Wawrinka sera en lice sur le même court vers 15h.

Si aucun match n'avait été lancé lundi, les spectateurs ont eu droit à quelques bribes mardi. Cela a été le cas sur le central, où Novak Djokovic a passablement galéré dans son début de 8e de finale face à l'Espagnol Roberto Bautista Agut (ATP 16).

Dans des conditions très difficiles - bruine incessante, terrain gras, balles lourdes -, le no 1 mondial a perdu le premier set, avant que le match soit interrompu une première fois. Le Serbe a toutefois su se reprendre lors de son retour sur le court, lui qui menait 3-6 6-4 4-1 dans une rencontre définitivement arrêtée vers 17h.

A noter que cette partie a été stoppée après 2h01 de jeu, tout juste suffisant - pour deux minutes... - pour que les billets des spectateurs ne soient pas remboursés.

Radwanska s'écroule et s'énerve

Sur les autres courts, aucune rencontre en simple messieurs n'a pu aller à son terme. Chez les dames, deux 8es de finales ont été bouclés. Et encore, ces parties avaient commencé dimanche...

Dans l'une de ces rencontres, la Polonaise Agnieszka Radwanska a pris l'eau, au propre comme au figuré. La no 2 mondiale, qui menait 6-2 3-0 dimanche soir, s'est finalement inclinée 2-6 6-3 6-3 contre la Bulgare Tsetvana Pironkova (WTA 102).

«Je suis surprise et en colère d'avoir dû jouer sous la pluie. Ce n'est pas un tournoi à 10'000 (dollars de prix ndlr), c'est un Grand Chelem. Comment peut-on nous faire jouer sous la pluie? Je ne peux pas jouer dans ces conditions», a-t-elle pesté. «Les balles deviennent très lourdes après deux ou trois coups. C'est glissant aussi. Tout est beaucoup plus dur et ça empire de jeu en jeu», a-t-elle ajouté.

Agacement également du côté de Simona Halep (no 4), qui avait viré en tête dimanche (5-3) avant d'être dominée mardi 7-6 (7/0) 6-3 par l'Australienne Samantha Stosur (no 21). «Les organisateurs ne se soucient pas des joueuses. Peu m'importe d'avoir perdu. Ce qui me pose problème, c'est que je n'étais pas loin de me blesser au dos. Et ça, c'est un gros problème», a critiqué la Roumaine qui, tout comme Radwanska, était l'une des outsiders de cette édition 2016.

A la surprise générale, il y aura donc un quart de finale entre Stosur et Pironkova, deux «revenantes». L'Australienne de 32 ans n'avait plus joué de quart en Grand Chelem depuis 2012, tandis que la Bulgare de 28 ans attendait cela depuis 2011.

Et maintenant ?

Reste désormais à savoir comment les organisateurs vont réussir à caser tous les matches en retard. L'hypothèse d'une finale le lundi au lieu du dimanche est toutefois encore éloignée, d'autant que les prévisions météo annoncent une légère amélioration.

Si la journée est sèche, les derniers 8es de finale messieurs et dames auront lieu mercredi, ainsi que les quarts de finale Gasquet-Murray, Wawrinka-Ramos, Stosur-Pironkova et Muguruza-Rogers. (afp)

Ton opinion