Grève pour l’avenir en suisse - Ils sont des milliers à avoir bravé la pluie pour le climat

Publié

Grève pour l’avenir en suisseIls sont des milliers à avoir bravé la pluie pour le climat

Plus d’une centaine d’actions étaient prévues ce vendredi à travers tout le pays, pour alerter sur l’urgence climatique.

par
Noemi Cinelli

Pour vendredi, le mouvement de la grève du climat a annoncé plusieurs actions partout dans le pays.

Vidéo: 20 Minuten / dbr

La jeunesse du monde entier avait rendez-vous ce vendredi 21 mai pour alerter sur l’urgence climatique. Grève, discours, activités créatives, chants, repas: le programme des mobilisations était vaste. Et le nombre d’associations, collectifs et syndicats impliqués important.

À Genève, Lausanne, Neuchâtel, ou encore Zurich, de grandes manifestations ont été mises en place, malgré le temps pluvieux. La police a décompté près de 8000 manifestants au plus fort du deuxième défilé à Lausanne, après 18h. Elle signale aussi que deux auteurs de dommage à la propriété sur des panneaux d'affichage ont été interpellés et conduits à l'Hôtel de police.

Des discours qui mettent en alerte

Outre les slogans qui ont résonné dans les rues – «on est plus chauds que le climat» étant peut-être le plus populaire – de nombreux discours ont été proclamés.

«Le temps nous file entre les doigts. La situation est dramatique. Et tout ce que notre gouvernement est prêt à nous proposer est inefficace», s’est exclamée une activiste lors d’un discours marquant le début de la manifestation principale sur la place de la Riponne, à Lausanne. «Et surtout, faites du bruit!» a-t-elle conclu.

Des milliers de manifestants qui descendent l’avenue de la Gare ce vendredi aux alentours de 19h.

Des milliers de manifestants qui descendent l’avenue de la Gare ce vendredi aux alentours de 19h.

fnt

«Un changement de système est nécessaire, a clamé parallèlement une activiste dans son mégaphone sur la plaine de Plainpalais à Genève. Les petits pas ne suffisent pas.»

Du côté de Fribourg, la police cantonale estime à 800 personnes l’affluence de la mobilisation de cet après-midi en ville.

Plus d’une centaine d’actions dans toute la Suisse

Les différentes organisations engagées ont relayé des appels à la mobilisation sur les réseaux sociaux. Au total, ce sont plus d’une centaine d’actions qui étaient prévues au cours de la journée. Les collectifs de la Grève féministe ont notamment mis en place des stands dédiés à l’écoféminisme.

L’égalité pour toutes et tous est au cœur des revendications en ce jour de Grève pour l’Avenir. A Genève, des militantes éco-féministes expliquent en quoi les luttes climatique et féministe sont liées.

Vidéo: Vanessa Lam

11h59, l’heure de l’urgence

À 11h59 a sonné «l’alarme climatique»: un mélange de tambours, d’enregistrements et de cris entendus à travers la Suisse. ArcInfo a rapporté qu’une quarantaine de militants étaient présents pour «faire du bruit» ce vendredi matin à la Chaux-de-Fonds. De nombreux collectifs, associations et syndicats ont affiché publiquement leur soutien au mouvement.

«Il faut saluer le fait que le mouvement de la jeunesse pour le climat recherche un avenir qui prenne en considération la justice climatique mais aussi la justice sociale.» C’est de cette manière que l’organisation syndicale Travail.Suisse a manifesté son soutien à la Grève pour l’Avenir.

«Pour un avenir écologique, solidaire et équitable pour touxtes»

Ils sont animés par «un sentiment de révolte» et exigent une action immédiate et radicale. Les militants de la Grève pour l’Avenir ont affiché leurs revendications à travers un manifeste qui balaie de nombreuses problématiques de société. «La crise climatique aggrave toutes les autres», pouvons-nous lire en tête du manifeste. Car si la neutralité carbone fait partie des revendications premières, c’est tout le modèle économique, social, sanitaire et politique qui est visé. À l’image du mot «touxtes» – une forme d’orthographe inclusive qui prend en compte toute personne indépendamment de son genre – le texte est aussi un appel à la solidarité et à l’égalité.

Ton opinion