09.07.2020 à 12:01

Rencontres

Tinder accueille ses premiers rancards vidéo

L’application américaine de drague teste la nouvelle option sur un nombre limité d’utilisateurs en France, en Italie et en Espagne notamment.

de
Laurent Favre
tinder match
tinder match

En pleine stagnation, la très lucrative application du groupe américain Match cherche de nouvelles recettes.

FEM

Les premiers tests de la vidéo pour faire correspondre une paire n’avaient pas été jugés concluants par Tinder juste avant la pandémie de Covid-19. Mais la donne a changé pour l’application qui a rapporté l’an dernier 1,2 milliard de francs à sa maison-mère Match. Avec les exigences de respect des distances sociales, des utilisateurs se sont tournés vers des applications de rencontres vidéo comme Bumble ou des solutions plus classiques comme Snapchat.

Tinder a donc choisi d’insister en testant sa fonction vidéo à plus grande échelle. Les premiers utilisateurs vont accéder à cette option dans plusieurs pays, dont une série d’États américains bien sûr, mais aussi en France, en Italie et en Espagne. La nouvelle fonctionnalité baptisée «Face à Face» est simple à utiliser. Une fois que les deux tourtereaux potentiels ont été mis en contact d’un commun accord, ils peuvent indiquer qu’ils sont prêts à passer à une session vidéo en appuyant sur l’icône vidéo nouvellement ajoutée. Là encore, il faut que les deux utilisateurs aient expressément accepté l’option pour qu’ils basculent ensemble en mode chat vidéo.

Nous avons bâti de solides fondations et sommes impatients d’apprendre de ce test au cours des semaines à venir

Rory Kozoll, responsable Confiance et sécurité des produits chez Tinder

Les adeptes de rancards vidéo doivent accepter les règles de base pour toute session vidéo, soit aucune nudité ni contenu à caractère sexuel. Les conversations doivent également être dépourvues de tout harcèlement, discours de haine, violence ou toute autre activité illégale. Interrogée par le site TechCrunch sur les moyens de contrôle qu’elle entendait appliquer, la filiale de Match est restée très vague. On ne sait pas dans quelle mesure Tinder interviendrait par exemple en cas de présence d’un prédateur sexuel ni en cas d’activité sexuelle consensuelle rémunérée, relève le site technologique.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
3 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Alors, elle te plaît

09.07.2020 à 13:51

De la vidéo sur Tinder ! Les hackers vont se faire plaisir...

Tiffany GE

09.07.2020 à 13:24

Tout est bon pour s'envoyer en l'air et de propager le virus.